LVMH voit sa marge reculer au premier semestre

le
0
LÉGÈRE HAUSSE DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL SEMESTRIEL DE LVMH
LÉGÈRE HAUSSE DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL SEMESTRIEL DE LVMH

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - LVMH a vu sa rentabilité reculer au premier semestre, avec la baisse de la marge de sa mode-maroquinerie, la division dans laquelle est logée Louis Vuitton, marque phare du géant mondial du luxe.

Les ventes du groupe ont totalisé 13,7 milliards d'euros, signant une hausse de 8% à change constants, proche des 7% du premier trimestre.

Surveillées à la loupe, les ventes de la division mode-maroquinerie, au sein desquelles Vuitton pèse pour plus de 70%, ont cependant affiché une légère amélioration (+5% après une forte décélération à 3% au premier trimestre), conformément aux attentes des analystes.

"Il est intéressant de voir que la tendance à la baisse s'est inversée", a commenté Mario Ortelli, analyste de Bernstein.

Le résultat opérationnel courant a grappillé 2% à 2,71 milliards d'euros, légèrement en dessous du consensus Thomson Reuters I/B/E/S (2,75 milliards) et la marge a reculé à 19,80%, contre 20,5% au premier semestre 2012.

Cette baisse s'explique principalement par le recul de la rentabilité de la mode-maroquinerie, à 31,8% contre 32,5%, et par la montée en puissance de la distribution sélective, dont les marges sont nettement inférieures (autour de 10%) mais dont la croissance grimpe de 19% sur le semestre.

La distribution sélective, qui rassemble les réseaux de boutiques détaxées DFS ou la chaîne de parfumeries Sephora, est la seule à dégager une croissance organique à deux chiffres, profitant notamment de l'ouverture de trois concessions DFS à l'aéroport de Hong Kong, un des plus fréquentés au monde.

La dynamique des ventes a ralenti dans les vins et spiritueux (Moët & Chandon ou Hennessy), comme dans les montres et la joaillerie (Tag Heuer, Bulgari ou Chaumet) où la croissance est tout juste positive (+1%), dans un marché difficile aux prises avec le ralentissement de la demande chinoise lié aux mesures anti-corruption de Pékin.

Dans les parfums et cosmétiques (Dior, Guerlain, Givenchy), LVMH signe une croissance de 6%, proche de celle de la division de produits de luxe de L'Oréal.

La croissance de LVMH contraste avec celle d'Hermès, qui a atteint 14,4% au premier semestre, tandis que Kering a vu ses marques de luxe progresser grâce à Bottega Veneta et Saint Laurent, Gucci - deuxième griffe mondiale derrière Vuitton - restant stable à seulement 4%. et

Le résultat net part du groupe de LVMH recule de 6% à 1,577 milliard d'euros, avec un effet de base défavorable lié au versement l'an dernier d'un dividende exceptionnel par Hermès, dans lequel LVMH détient 22,6%.

LVMH proposera le versement d'un acompte sur dividende de 1,20 euro à ses actionnaires.

Le groupe, qui tiendra une conférence téléphonique vendredi matin sur ces résultats, sera très attendu sur l'évolution des marges et des ventes de Louis Vuitton.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant