LVMH nomme un nouveau patron à la tête de Kenzo

le
0
Le groupe de luxe s'attaque à la relance commerciale de la marque, après des années de stagnation.

Bernard Arnault a choisi de ne pas vendre Kenzo et de relancer la marque. Cette filiale du groupe LVMH depuis 1993 est souvent considérée comme l'enfant mal aimé de l'empire de luxe français. Au point que des rumeurs récurrentes sur une possible cession avaient refait surface avant l'été dernier. Le Crédit agricole, banque de LVMH, a en effet étudié le dossier et des offres de rachat ont été présentées. Mais le patron du groupe les a refusées. Il a décidé au contraire de relancer la griffe, qui vient de fêter ses 40 ans, mais peine à survivre au départ de son créateur Kenzo Takada, il y a dix ans.

Le président de la société depuis à peine deux ans, James Greenfield, est sur le départ. Il devrait rejoindre une autre filiale du groupe LVMH. Selon nos informations, il sera remplacé par Eric Marechalle début janvier. Ce dernier affiche un profil de commercial. Après être passé par l'enseigne d'habillement bon marché C&A, il était en charge de Catimini a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant