LVMH-Le cognac rebondit mais la mode-maroquinerie ralentit

le
0

* Croissance organique de 7% au T3 * La mode-maroquinerie ralentit à 3% * Les vins et spiritueux accélèrent (+16%) grâce au cognac (Actualisé avec détails, commentaires d'analyste, cours) par Pascale Denis PARIS, 12 octobre (Reuters) - LVMH LVMH.PA a fait mieux qu'attendu au troisième trimestre grâce à un rebond de ses ventes de cognac en Chine, tandis que la dynamique a ralenti dans sa division phare, la mode-maroquinerie, où les ventes ont été nettement inférieures aux attentes. Les ventes du numéro un mondial du luxe ont totalisé 8,58 milliards d'euros au troisième trimestre pour un consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 8,61 milliards et sa croissance organique est ressortie à 7%, légèrement supérieure aux 5% à 6% attendus par les analystes et aux 6% enregistrés au premier semestre. Très surveillée, la mode-maroquinerie, qui loge Louis Vuitton (principal contributeur aux profits du groupe) a marqué le pas (+3%, après 5% au premier semestre), faisant nettement moins bien que les 5% à 6% anticipés, dans un environnement dégradé, marqué par le ralentissement chinois, l'effondrement de la Bourse de Shanghai, la récession en Russie et la chute du trafic touristique chinois à Hong Kong et Macao. Au premier semestre, la division avait résisté aux vents contraires grâce à l'explosion des achats touristiques en Europe et au Japon, liés aux écarts de prix nourris par la baisse de l'euro. A l'inverse, la tendance s'est nettement accélérée dans les vins et spiritueux, deuxième division la plus profitable du groupe (+16% après seulement +2% au premier semestre) grâce à une reprise des expéditions de Hennessy vers la Chine. "Les chiffres sont bons dans l'ensemble. Mais la croissance inférieure aux attentes dans la mode-maroquinerie risque d'être mal accueillie, nourrissant à nouveau des interrogations sur Louis Vuitton au moment où la reprise de la marque semblait acquise", commente Luca Solca, analyste d'Exane BNP Paribas. PROFIL DÉFENSIF Dans ses autres divisions, LVMH a maintenu la cadence du premier semestre avec une croissance organique de 7% dans les parfums & cosmétiques (Dior, Guerlain, Givenchy). Dans les montres-joaillerie (+11%), la surperformance de Bulgari et de Hublot a permis de compenser la baisse de Tag Heuer, en plein repositionnement. Dans la distribution sélective (+5%) aussi, les bonnes performances de la chaîne de parfumerie Sephora ont permis de compenser les faiblesses de DFS, aux prises avec la chute du tourisme chinois à Hong Kong. En Bourse, le titre LVMH signe une des meilleures performances du secteur, avec un gain de plus de 25% depuis le début de l'année, tandis que Kering PRTP.PA grappille 1,7%, qu'Hermès HRMS.PA gagne 15% et que Richemont CFR.VX recule de 5,6%, pénalisé par le recul des ventes de montres en Chine. La valeur a profité de son profil jugé défensif lié à la diversité de ses marques et de ses secteurs d'activité capable de compenser ses points de faiblesses. Le groupe tiendra une conférence téléphonique à 15h00 mardi et sera très attendu sur la dynamique de Louis Vuitton et l'évolution des ventes de Hennessy en Chine. Sur neuf mois, le chiffre d'affaires a totalisé 25,288 milliards d'euros, signant une hausse de 18% en données publiées, porté par les effets favorables de la baisse de l'euro. A taux constants, la croissance est ressortie à 6%. Le communiqué : http://bit.ly/1LJJwqv (Pascale Denis, édité par Cyril Altmeyer)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant