Luxottica-Départ du DG Guerra, remplacé par un triumvirat

le
0

(Actualisé avec un commentaire sur Essilor) MILAN, 1er septembre (Reuters) - Luxottica LUX.MI a annoncé lundi le départ, comme prévu, de son administrateur délégué Andrea Guerra, en désaccord avec le président et fondateur du numéro un mondial de la lunetterie, qui sera remplacé par une direction élargie de trois personnes. Dans un communiqué, le groupe a précisé qu'il serait dirigé par deux administrateurs délégués, dont l'actuel directeur financier, Enrico Cavatorta. Le deuxième administrateur délégué, qui sera directeur des marchés, est en cours de recrutement en externe. Le troisième membre de l'équipe, qui sera chargé de la direction opérationnelle, est Massimo Vian. La nouvelle structure de gouvernance prévoit également que fondateur et président Leonardo Del Vecchio, 79 ans, qui détient 61% du capital, retrouve un rôle plus actif à la tête du groupe en prenant la tête d'un comité exécutif mis en place pour soutenir l'équipe de direction. Il a déclaré que le groupe italien "resterait ce qu'il (avait) toujours été" et annoncé qu'il tablait sur une croissance "solide", d'au moins 7% par an. Le redressement spectaculaire du lunetier a été largement attribué à Andrea Guerra, 49 ans, qui a dirigé le fabricant des lunettes de soleil Ray-Ban et Persol pendant dix ans. Sous sa direction, Luxottica a plus que doublé ses ventes, à 7,3 milliards d'euros, pour devenir numéro un mondial en termes de chiffre d'affaires, avec une capitalisation de 19 milliards. Le nouvel administrateur délégué Enrico Cavatorta a précisé lundi que la réorganisation de la direction n'entraînerait pas de changement dans la stratégie de Luxottica. Il a ajouté que l'idée d'un rapprochement avec le français Essilor ESSI.PA , numéro un mondial de l'optique ophtalmique, avait été explorée, mais que le groupe italien avait décidé de ne pas y donner suite et n'envisageait plus une telle opération. "Un accord avec Essilor a été exploré, il y a environ un an et demi, mais il a été jugé que les conditions n'étaient pas réunies pour le faire", a dit Enrico Cavatorta à une réunion d'analystes. "C'était une occasion que nous avons analysée, cela date d'un an et demi, ce n'est plus sur la table aujourd'hui." (Valentina Za, Juliette Rouillon pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant