LuxLeaks 2 : Disney et Skype ont fait de l'optimisation fiscale au Luxembourg

le
8
LuxLeaks 2 : Disney et Skype ont fait de l'optimisation fiscale au Luxembourg
LuxLeaks 2 : Disney et Skype ont fait de l'optimisation fiscale au Luxembourg

Révélations sur l'optimisation fiscale au Luxembourg : chapitre 2. Le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a dévoilé mardi soir, en collaboration avec plusieurs médias internationaux, les noms de nouvelles entreprises impliquées dans un scandale fiscal au Luxembourg. Ces révélations visent notamment Skype, société américaine qui appartient depuis 2011 à Microsoft, Walt Disney et Invista, filiale de Koch Industries (propriétaire de la marque Lycra), ou encore Bombardier et Telecom Italia.

S'appuyant sur 28 000 pages de documents obtenus par l'ICIJ, une quarantaine de journaux avaient révélé, début novembre, qu'entre 2002 et 2010, quand Jean-Claude Juncker était Premier ministre, le Grand-Duché avait passé des accords fiscaux avec 340 multinationales, dont Apple, Amazon, Ikea, Pepsi, Heinz, Verizon et AIG, afin de minimiser leurs impôts, privant les Etats européens de milliards d'euros de recettes fiscales. Le système du rescrit fiscal (tax ruling) permet à une entreprise de demander à l'avance comment sa situation fiscale sera traitée dans un pays, et est utilisé par les multinationales pour faire de l'optimisation fiscale.

Un taux d'imposition de 0,28% pour Walt Disney Luxembourg

Selon le journal belge «le Soir», la nouvelle vague de documents LuxLeaks 2 (contraction anglaise des mots «Luxembourg» et «leaks», pour «fuites») implique 35 nouvelles sociétés. Les «rulings» ont été conclus entre 2003 et 2011. Le quotidien annonce que les accords de ce LuxLeaks 2 ont été mis au point par les quatre grands cabinets d'audit et de conseil («Big Four») : PricewaterhouseCoopers (PwC), KPMG, Ernst & Young et Deloitte. Le journal évoque des «outils hybrides (Bombardier), des déductions fiscales spectaculaires (95% des revenus pour Skype, qui ne paye donc des impôts que sur les 5% restants) ou des taux réels d'imposition extrêmement faibles (0,28% pour Walt Disney Luxembourg)».

Ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 11 déc 2014 à 12:11

    Skype a été créé par des Scandinaves en 2003 directement au Luxembourg. On peut difficilement parler d'évasion fiscale...

  • mlemonn4 le jeudi 11 déc 2014 à 11:23

    Ces parcs sont des parcs pour idiot, ils devraient tous être fermés; pour ce qu'il rapporte à la France!!!! Les politicards de droite comme de gauche ont sacrifié l'industrie, la vraie production de valeur, à l'autel des parcs de vacances et de loisirs! Résultat, appauvrissement des gens, ils n'ont même plus les moyens d'emmener leurs enfants et abêtissement généralisé à la pauvre culture américaine; décidément les français sont de vrais moutons de panurges qui croient encore au Père Noël!

  • olive84 le mercredi 10 déc 2014 à 15:15

    la question n est pas "qui a fait de l optimisation au luxembourg", mais "qui n'en a pas fait" ??

  • raspini le mercredi 10 déc 2014 à 15:08

    Et alors ? Mieux faut 1000 qui paient 10 que 400 qui payent 15. Mettez un mathématicien à la tête de la France et en deux coups de cuillères à pot, le déficit de la France revient à zéro.

  • M4633794 le mercredi 10 déc 2014 à 15:03

    Et alors? Ils ont bien raison. Tout le monde fait de l'optimisation fiscale! Je ne connais personne qui essaie de payer plus d'impôts! Si les impôts étaient moins élevés, on chercherait moins à y échapper! C'est une perte de temps préjudiciable à l'économie entière. Les politiciens devraient le comprendre et abaisser la pression fiscale au lieu de l'augmenter (voir Laffer).

  • phduport le mercredi 10 déc 2014 à 14:57

    Et l'accord entre la France et la Qatar pour l'immobilier !?

  • a.guer le mercredi 10 déc 2014 à 14:38

    Et alors ! C'est légal et si la France appliquait les mêmes règles qu'au Luxembourg, gageons que toutes ces entreprises déclareraient leurs bénéfices en France et y paieraient leurs impôts

  • ppsoft le mercredi 10 déc 2014 à 14:14

    Sauf que c'est LEGAL, bon sang ! Aux dernières nouvelles, tout ce qui n'est pas interdit est autorisé. Un peu facile de crier au scandale sur les entreprises, alors que le véritable scandale est d'avoir des politicards qui ont permis ce genre de choses et le permettent encore.