Luxembourg : pilier de l'Europe, l'inoxydable Juncker évincé

le
1
Luxembourg : pilier de l'Europe, l'inoxydable Juncker évincé
Luxembourg : pilier de l'Europe, l'inoxydable Juncker évincé

C'est une révolution au Grand-Duché. Le chrétien-social Jean-Claude Juncker, Premier ministre depuis dix-neuf ans, a été évincé vendredi du processus de formation du prochain gouvernement quelques jours après les élections législatives anticipées. Au terme d'une audience de moins d'une heure au Palais, le Grand-Duc Henri a chargé le président du Parti démocrate, le libéral Xavier Bettel, de cette tâche.

Connu en France notamment comme directeur de l'Eurogroupe, une fonction qu'il a exercée jusque janvier 2013, Jean-Claude Juncker, 59 ans, détenait le record de longévité à la tête d'un exécutif européen, ayant côtoyé François Mitterrand et Helmut Kohl. La décision du Grand-Duc est tombée, alors que le Luxembourgeois assistait, en tant que chef du gouvernement, au sommet de Bruxelles qui s'achevait. «Mon état d'esprit n'est pas celui de quelqu'un qui se retire de la politique luxembourgeoise, bien au contraire», a-t-il déclaré en apprenant qu'il ne serait pas le formateur du nouveau gouvernement. Le Luxembourg, qui compte quelque 520 000 habitants, est l'Etat où le PIB est le plus élevé au monde, avec quelque 112135 dollars par habitant, selon des estimations pour 2013.

Des adieux au sommet de Bruxelles

Il a refusé de commenter la décision prise à Luxembourg, tout comme les rumeurs le présentant comme un possible successeur à l'actuel président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, dont le mandat expire le 1er décembre 2014. Il a fait ses adieux à Bruxelles, avec certaine «douleur», estimant «qu'il s'agissait certainement là de son dernier conseil» rappelant qu'il avait assisté «à plus de 120 sommets européens», selon le site luxembourgeois germanophone Wort.lu. Il a exhorté les gouvernements de l'UE à suivre une ligne plus sociale et une politique de développement en vue d'une solution durable à la crise financière.

Son parti : «Les électeurs ne comprennent pas ce choix»

Son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 25 oct 2013 à 20:24

    C'était bel et bien un Junck man.