Luxembourg : le budget français dans le collimateur des ministres européens

le
7
Luxembourg : le budget français dans le collimateur des ministres européens
Luxembourg : le budget français dans le collimateur des ministres européens

C'est une certitude. Le budget de la France ne pourra pas être dans les clous du Pacte de stabilité européen. L'an prochain, le déficit public devrait être de 4,3% contre 4,4% cette année, bien loin de la limite européenne de 3% qui ne sera atteinte qu'en 2017 selon le gouvernement. Pour justifier cette situation, Paris invoque des circonstances exceptionnelles avec les effets de la crise économique et les différents engagements militaires. Cependant; les ministres des Finances de la zone euro, qui se réunissent ce lundi après-midi à Luxembourg, pourraient donner un sérieux coup de bâton sur les doigts du gouvernement français.

«Un budget loin de l'objectif» Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, s'est déjà voulu très clair : «Nous avons l'impression que le projet de budget de la France est assez loin de l'objectif, à la fois en terme de déficit nominal et de mesures effectives, concernant le déficit structurel et le nombre et la qualité des réformes qui doivent être réalisées. Donc, l'ambition doit être revue à la hausse». Le Premier ministre Manuel Valls s'est aussitôt insurgé : « C'est nous qui décidons du budget », a-t-il répliqué, demandant à ses partenaires européens de « respecter » la France.

La France risque une amende de 4 milliards Les discussions entre Paris et Bruxelles se poursuivront jusqu'à la mi-novembre. Paris affirme que des efforts importants vont être réalisés pour trouver faire 21 milliards d'éconmies, mais la Commission va probablement demander un geste supplémentaire de 8 milliards d'euros. En cas d'avis négatif sur le budget français, Paris pourrait s'exposer à une amende de 0,2% au moins de son PIB, soit plus de 4 milliards d'euros. Une hypothèse qu'écarte Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au budget. «Aujourd'hui, on commence à avoir des discussions et je suis beaucoup moins inquiet que vous, je suis tout à fait serein», a-t-il expliqué dimanche sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6832035 le lundi 13 oct 2014 à 12:42

    Je me pose une question, infliger 4 milliards d'amende à un pays qui doit déjà tant d'argent, c'est semble-il-totalement stupide, alors que peut faire la commission européenne devant tant de désinvolture et d'incapacité des dirigeants français qui n'entreprennent aucune réformes réelles de structure et se moquent autant des français que de l'UE ?

  • neutro le lundi 13 oct 2014 à 12:23

    C'est à espérer que Bruxelles tape du poing sur la table pour faire comprendre à ces c.omiques que la plaisanterie à assez duré...

  • N041866 le lundi 13 oct 2014 à 11:41

    Ce n'est pas d'un cran qu'il faudra serrer la ceinture mais de plusieurs crans ,si non plus aucun ne voudront prêter à taux 0 .Si ces réformes radicales ne se mettent pas en marche en pratique alors ce sera la cata !

  • Valnsbx le lundi 13 oct 2014 à 11:25

    t. Pour justifier cette situation, Paris invoque des circonstances exceptionnelles avec les effets de la crise économique et les différents engagements militairesdes engagements militaires qui dans quelques années seront néant ( exemple IRAK)

  • miez1804 le lundi 13 oct 2014 à 11:19

    @mlemonn4: ce n'est pas l'Europe qui marche sur la tete, mais les differents Etats, et comme par hazard, que les Etats Meridionales (France, Italie,Grece, Espagne, Portugal...........)ou corruption et clientelisme sont de mise.

  • mlemonn4 le lundi 13 oct 2014 à 11:00

    En tant que contribuable, je souhaiterai que nos gouvernants nous indiquent dans la réalisation du budget annuel, le montant des amendes annuelles payées à l'Europe depuis 2001 et qui sont relatives à la non exécution des Directives européennes ou non respect de leurs obligations; nous n'avons aucune tranparence sur ce pré-carré des politiques qui sont les seuls avec une minorité de français, contre le peuple, à vouloir de cette Europe technocrate qui marche sur la tête!

  • M8252219 le lundi 13 oct 2014 à 10:30

    Quand on respecte ses engagements on peu exiger le respect dans le cas contraire il vaut mieux ne rien dire et faire les réformes nécessaires et pas du clientélisme