Luxe : les nouvelles rues tendances à Paris

le , mis à jour le
0

CONTENU INTERACTIF - Si certaines artères demeurent indétrônables, de nouvelles rues ou quartiers connaissent un dynamisme nouveau ces dernières années.

«Les nouveaux Mozart du luxe.» C’est comme cela que sont qualifiées les nouvelles artères tendances de la capitale dans l’étude réalisée par la société de conseil en immobilier Knight Frank. Des rues ou des quartiers entiers qui connaissent un réel engouement depuis quelques années, sans toutefois détrôner un trio qui tient fermement le haut du pavé: les Champs-Élysées, la rue de la Paix (incluant la place Vendôme) et le faubourg Saint-Honoré. Si ce trio de tête reste imbattable, on peut isoler trois «outsiders» de choix.

La rue Saint-Honoré. La très centrale rue Saint-Honoré (1er arrondissement) a vécu une véritable métamorphose ces dernières années, qui fait oublier que pendant longtemps, elle n’a été considérée «que» comme le prolongement géographique du faubourg Saint-Honoré: la césure entre les deux artères - au niveau de la rue Royale - était flagrante. D’un côté les boutiques prestigieuses, et de l’autre les commerces de proximité et indépendants. Désormais, les marques de luxe veulent toutes prendre pied sur ce secteur. Entre 2012 et 2014, le prix du loyer le plus élevé est passé de 8000 euros le mètre carré à... 11.300 euros. Plus de 40% d’augmentation en deux ans, selon Knight Frank.

Le boulevard Haussmann. Si le boulevard du 8e arrondissement est surtout prisé pour son immobilier de bureaux, il semble qu’il soit en train de se réveiller, après une année 2013 plutôt calme. L’année 2014 montre effectivement un vrai sursaut: une des transactions enregistrées a été réalisée sur la base d’un loyer de 9000 euros le mètre carré, et une autre devrait être signée sur une base de 8600 euros. Une augmentation significative: +60% par rapport à 2013 et 2012, où les transactions les plus élevées plafonnaient à 5500 euros.

Le Marais. C’est tout un quartier (4e arrondissement) qui se métamorphose, et où se joue une véritable «partie de Monopoly» tout autour du BHV: les rues du Temple, rue des Archives (où vont s’ouvrir prochainement plusieurs boutiques de luxe) et la rue Sainte-Croix de la Bretonnerie où a été annoncé un mégastore de 4000 mètres carrés entièrement dédié à la gastronomie italienne! Cet engouement n’est pas encore ressenti dans les prix: le loyer annuel le plus élevé était de 5000 euros le mètre carré en 2014, contre 4500 en 2013. Mais la machine est en marche. «Dans la mesure où les enseignes haut de gamme s’y installent, on peut penser que les prix vont augmenter», explique Cyril Robert, directeur des études chez Knight Frank. Un Marais qui est en train de se muer en «Saint-Germain-du-Marais», lit-on dans le communiqué de la société.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant