Luxe-Chute inédite des achats des touristes chinois en mars

le
0
    * Les achats touristiques chinois décrochent de 23% en mars 
    * Au total, les achats détaxés ont baissé de 14% 
    * Chute de 29% en France et de 21% en Italie 
 
    par Pascale Denis 
    PARIS, 15 avril (Reuters) - Les achats de produits de luxe 
effectués par les touristes chinois ont pour la toute première 
fois accusé une baisse en mars, décrochant de 23% par rapport à 
la même période de l'an dernier, selon les chiffres publiés 
vendredi par Global Blue, spécialiste de la détaxe. 
    Les attentats de Paris et Bruxelles ont fait fuir les 
touristes étrangers d'Europe et la clientèle chinoise, qui 
compte pour un tiers du marché mondial du luxe, commence à 
davantage acheter en Chine à la faveur d'un resserrement des 
écarts de prix avec l'Europe. 
    La baisse a également été amplifiée en Europe, selon les 
analystes de Barclays, par la mise en place de visas 
biométriques et elle a cette fois touché tous les pays d'Europe. 
    Les dépenses des touristes ont ainsi décroché de 29% en 
France et de 21% en Italie, alors que cette dernière avait 
profité en début d'année d'un report des voyageurs préférant 
éviter la France. La baisse a atteint 18% au Royaume-Uni. 
    Au total, les ventes détaxées ont reculé de 14% en mars, 
avec une baisse toujours prononcée de la clientèle russe (-22%) 
pour cause de dévaluation du rouble. 
    En revanche, les achats réalisés au Japon ont encore 
progressé (+14%), profitant toujours - bien qu'à un rythme moins 
élevé - d'achats massifs des touristes chinois attirés par la 
baisse du yen et d'une "expérience" d'achat très sophistiquée. 
    Le Japon a d'ailleurs été le mois dernier le seul pays dans 
lequel les achats des touristes chinois ont augmenté. 
    Ailleurs en Asie, les chiffres ont été négatifs à Singapour 
(-15%) et en légère hausse en Corée du Sud (+2%), où les 
tendances se révèlent très volatiles d'un mois sur l'autre. 
    L'environnement est devenu difficile pour le secteur avec 
les attentats en Europe, le ralentissement chinois, la chute des 
flux touristiques à Hong Kong, les récessions russe et 
brésilienne ou la faiblesse du marché américain pour cause de 
dollar fort. 
    Dans ce contexte, les groupes de luxe se préparent à une 
année difficile.  
    LVMH  LVMH.PA  a vu la croissance organique de Louis Vuitton 
ralentir aux alentours de 1% à 2% au premier trimestre, après 
une baisse de plus de 10% à Paris et une stagnation de ses 
ventes auprès de la clientèle chinoise.   
    La chute du tourisme étranger à Paris a également touché de 
plein fouet la maison Dior  DIOR.PA , dont les ventes ont marqué 
le pas.    
    Les chiffres trimestriels de Kering  PRTP.PA  sont attendus 
le 21 avril, ceux d'Hermès  HRMS.PA  le 28 et le sellier a déjà 
dit s'attendre à une année 2016 "compliquée".   
    Les chiffres de Global Blue ne prennent pas en compte les 
dépenses effectuées aux Etats-Unis, à Hong Kong et à Dubaï, où 
les opérations de détaxe n'existent pas. 
    En Chine même, les ventes du luxe pourraient se redresser en 
2016, selon les estimations de Bain & Co, grâce à la réduction 
des écarts de prix avec l'Europe. Cet écart a été ramené 
aujourd'hui à 35%-40%, après un sommet à 70%, et il pourrait 
tomber à 20% ou 25% cette année.  
    Le marché intérieur chinois devrait aussi profiter des 
nouvelles taxes et des procédures de contrôle visant à limiter 
le marché parallèle des "daigous", revendeurs d'authentiques 
produits achetés à l'étranger.     
         
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant