Lutte pour un football populaire : "On n'a pas envie d'arrêter, bien au contraire…"

le
0
Lutte pour un football populaire : "On n'a pas envie d'arrêter, bien au contraire…"
Lutte pour un football populaire : "On n'a pas envie d'arrêter, bien au contraire…"

À l'occasion du match entre le Red Star et Saint-Étienne mardi, deux arrêtés publiés par les autorités ont empêché la venue de supporters stéphanois au stade Jean-Bouin. Quelques heures avant la rencontre, le tribunal administratif et le Conseil d'État ont, tour à tour, rejeté les recours déposés par certains supporters de l'ASSE. Tom, de l'association stéphanoise "Lutte pour un football populaire", revient sur ces deux dernières journées et sur la répression subie par les supporters des Verts.

Tout d'abord, pouvez-vous présenter l'association stéphanoise "Lutte pour un football populaire" ? L'association "Lutte pour un football populaire" s'est créée en septembre 2013 suite aux nombreuses mesures (fermeture de tribune, restriction du matériel pour les groupes etc.) qui ont été prises à l'encontre des supporters stéphanois par les instances du football au cours de la saison 2012-2013. Elle compte environ 200 adhérents, avec une très grande majorité d'ultras issus du Kop Sud. Son objectif est de défendre les droits des supporters et leurs libertés, qui sont de plus en plus bafoués dans tous les stades de France, en proposant des conseils juridiques ou en contestant des arrêtés préfectoraux qui interdisent nos déplacements. Nous n'avons pas la prétention de représenter toutes les entités stéphanoises, mais nous sommes ouverts. Si on peut apporter notre aide à une cause légitime, on le fait. C'est pour cela que nous avons contesté les arrêtés publiés à l'occasion de la rencontre Red Star-ASSE.
Comment avez-vous appris que ce match de Coupe de France contre le Red Star allait justement faire l'objet d'un arrêté préfectoral et d'un arrêté ministériel ? On a commencé à en entendre parler via plusieurs sources que nous avons, et notre avocat a pris connaissance de l'arrêté lors de sa publication au Journal officiel.
Vous vous en doutiez ? On ne pensait pas vraiment que ça allait tomber vu qu'ils avaient décidé de décaler la rencontre dans un stade, selon eux, plus sécurisé Mais nous nous sommes rappelés du déplacement à Montpellier où l'on nous avait interdit le déplacement, car La Mosson était inondée et que les Montpelliérains jouaient leurs matchs dans un stade de rugby.
Certains d'entre vous avaient-ils déjà préparé leurs déplacements ? Certains avaient même posé des jours ! Nous avons d'ailleurs présenté les attestations des employeurs de ces personnes devant le Conseil d'État pour prouver qu'il y avait de réels dommages. Des groupes de supporters avaient également réservé des bus pour se rendre à Paris et posé des acomptes.




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant