Lutte contre les jihadistes: les réseaux sociaux s'unissent

le
0
Lutte contre les jihadistes: les réseaux sociaux s'unissent
Lutte contre les jihadistes: les réseaux sociaux s'unissent

Depuis longtemps sous pression pour endiguer la diffusion de la propagande jihadiste sur internet, les grands réseaux sociaux américains ont décidé de joindre leurs forces pour lutter contre les contenus à caractère "terroriste" sur leurs plateformes.Facebook, Twitter, YouTube (filiale de Google/Alphabet) et Microsoft ont annoncé lundi la création d'une base de données commune rassemblant les "empreintes digitales numériques" de certaines images ayant été retirées de l'une ou l'autre de leurs plateformes.Ils espèrent ainsi identifier plus rapidement, et empêcher la prolifération des photos et vidéos montrant des exécutions, des décapitations et d'autres contenus similaires diffusés par des groupes comme l'Etat Islamique (EI) ou Al-Qaïda."Il n'y a pas de place pour les contenus qui font la promotion du terrorisme sur nos services grand public", affirme un communiqué commun des entreprises.Les réseaux sociaux se débattent depuis plusieurs années avec le problème, cherchant à concilier la liberté d'expression de leurs utilisateurs et le refus des discours haineux ou violents.Mais les jihadistes utilisent de plus en plus leurs plateformes pour recruter ou préparer et montrer des attaques, et les groupes internet sont donc obligés de prendre une position plus ferme."Il ne peuvent plus échapper à leurs responsabilités", estime James Lewis, un spécialiste des questions technologiques et de sécurité au Center for Strategic and International Studies.Il relève que les réseaux sociaux ne peuvent plus se contenter d'être des "plateformes neutres", rappelant également les critiques sur la manière dont ils ont laissé se répandre des fausses informations durant la campagne présidentielle américaine."Les contenus terroristes ne sont que le début", prévient-il. "Maintenant ils doivent déterminer ce qu'ils doivent faire pour les discours haineux, le racisme et le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant