Lutte contre le cyber-jihadisme : une course sans fin

le
1
Lutte contre le cyber-jihadisme : une course sans fin
Lutte contre le cyber-jihadisme : une course sans fin

Suspendre des milliers de comptes pour apologie ou promotion du terrorisme, comme vient de le faire Twitter, est une mesure nécessaire mais loin d'être suffisante pour entraver les actions des cyber-jihadistes, estiment des experts.D'une part il reste facile de rouvrir, au fur et à mesure qu'ils sont fermés, de nouveaux comptes et d'autre part cette politique risque de pousser encore davantage les utilisateurs vers des réseaux sociaux plus confidentiels, cryptés ou protégés, voire vers le "web profond" ("darkweb" ou "deepweb"), partie obscure de l'internet non référencée dans les moteurs de recherche classiques. "Suspendre plus de 235.000 comptes, comme vient de l'annoncer Twitter, peut avoir une influence, mais à très court terme" assure à l'AFP Gérôme Billois, expert au sein du Club de la sécurité de l?information français (Clusif). "Il y a des techniques bien connues par les jihadistes et les cybercriminels au sens large, qui sont de dire : mon compte Twitter s'appelait A, maintenant il s'appelle A1, A2, A3, etc? Ouvrir un compte, cela prend moins d'une minute. Ça peut même être partiellement automatisé". "J'ai bien peur que le besoin, les envies de propagande ne soient plus forts que les actions que pourraient mener Twitter en coupant un certain nombre de comptes", ajoute-t-il. Au cours des derniers mois de grands acteurs américains de l'internet, comme Twitter, Youtube ou Facebook ont été soumis à des pressions croissantes de la part des gouvernements, américain et autres, pour les amener à lutter davantage contre la propagande jihadiste en ligne et l'utilisation de leurs services par des réseaux jihadistes. Ils assurent tous le faire et y consacrer de plus en plus de ressources, mais "la nature même d'internet fait que c'est une course sans fin, dans laquelle on est toujours un cran derrière", estime Gérôme Billois.- 300 millions d'utilisateursSi Twitter ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 il y a 9 mois

    Une solution, supprimer les réseaux sociaux, qui n'ont quasiment aucune utilité