Lutte contre la pollution de l'air : la France en retard

le
0
Les zones d'actions prioritaires pour l'air imaginées par le précédent gouvernement sont abandonnées. Delphine Batho, la ministre de l'Écologie, a annoncé la mise en place d'un comité interministériel sur la qualité de l'air.

Exit les zones d'actions prioritaires pour l'Air (Zapa) lancées en 2011 par l'ancien gouvernement. La mise en place de ces zones avec une circulation restreinte devait permettre l'amélioration de la qualité de l'air dans les centres-villes. Huit villes (Nice, Paris, Saint-Denis, Lyon, Grenoble, Bordeaux, Clermont-Ferrand et Aix-en-Provence) étaient censées expérimenter la formule.

«Mais le cadre réglementaire de ces Zapa s'est révélé inapplicable» souligne Michel Dubromel, en charge du réseau transport au sein de FNE (France Nature Environnement), «il était beaucoup trop complexe et au bout de six mois les collectivités ont avoué n'arriver à rien». Résultat: Nice a purement et simplement abandonné en cours de route et en juillet dernier, aucune des sept autres villes n'avait finalement déposé de dossier de candidature pour tester concrètement le dispositif.

Un contentieux avec Bruxelles

Selon Delphine Batho, «beaucoup considèrent également que des mesures de res...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant