Lutte contre l'Etat islamique : les Etats-Unis rallient dix pays arabes

le
0
Lutte contre l'Etat islamique : les Etats-Unis rallient dix pays arabes
Lutte contre l'Etat islamique : les Etats-Unis rallient dix pays arabes

Alors que quelques heures auparavant Barack Obama avait  affirmé la volonté de son pays de détruire l'Etat islamique (EI) en n'hésitant pas à agir «en Syrie, comme en Irak», le secrétaire d'Etat américain John Kerry a convaincu jeudi dix pays arabes, dont l'Arabie saoudite, de s'engager dans la lutte contre les jihadistes de l'EI. Le chef de la diplomatie américaine poursuivra son voyage en Egypte. Samedi, il rencontrera le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi afin de l'informer des résultats de la conférence de ce jeudi à Jeddah (Arabie saoudite).

A l'issue de cette réunion, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar, Oman, l'Egypte, l'Irak, la Jordanie, le Liban et les Etats-Unis «ont déclaré leur engagement partagé de se tenir unis contre la menace que pose pour la région et le monde le terrorisme (sous toutes ses formes), y compris le soi-disant EI», selon un communiqué. Une participation à une «campagne militaire coordonnée» est possible, précise le texte.

Au dernier sommet de l'OTAN, les représentants de dix pays (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Turquie, Pologne, Danemark, Canada, Australie) avaient par ailleurs jeté les fondements d'une coalition pour lutter contre les jihadistes de l'EI. François Hollande aura l'occasion de présenter la position de Paris à l'occasion d'une visite en Irak vendredi. Le chef de la diplomatie Laurent Fabius a indiqué que la France participerait «si nécessaire à une action militaire aérienne» en Irak.

L'Arabie saoudite, un «élément clé de la coalition»

Pour Washington, l'Arabie saoudite devrait être l'«élément clé de la coalition par sa taille, son poids économique et sa portée religieuse avec les sunnites», selon un responsable américain. Barack Obama a d'ailleurs tenu à appeler le roi saoudien Abdallah avant son intervention et tous deux ont souligné la nécessité d'aider l'opposition syrienne face à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant