Lutte contre l'Etat islamique : la coalition a rendez-vous lundi à Paris

le
1
Lutte contre l'Etat islamique : la coalition a rendez-vous lundi à Paris
Lutte contre l'Etat islamique : la coalition a rendez-vous lundi à Paris

La décapitation samedi d'un humanitaire écossais a renforcé la détermination de la communauté internationale et notamment du Royaume-Uni à «éradiquer», selon le terme employé par Barack Obama, les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en formant une large coalition dont les contours seront définis lundi à Paris, sous la houlette des Etats-Unis. L'EI a proclamé le 29 juin un «califat» qui s'étend sur de larges zones d'Irak et de Syrie conquises par ses combattants.

La coalition internationale que Washington s'attache à bâtir pour lutter contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) est désormais en place, a assuré dimanche le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Plus de 40 pays y participeraient, d'une manière ou d'une autre. Sur cette quarantaine de pays, 25 sont nommés dans un décompte fourni par le département d'Etat. D'autres pourraient collaborer discrètement dans divers domaines : diplomatie, renseignement, assistance militaire, lutte contre le recrutement et les réseaux financiers de l'EI.

QUESTION DU JOUR. Etat islamique : l'engagement de la France vous fait-il peur ?

L'Egypte et la Turquie en retrait

A l'issue d'une tournée au Proche et Moyen-Orient, John Kerry avait annoncé jeudi le ralliement militaire de 10 pays, avec en première ligne les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite. Washington pourrait trouver de l'aide à Bahreïn, siège de la Ve Flotte américaine, au Koweït, qui accorde des facilités militaires aux Etats-Unis, et au Qatar qui met à la disposition des Américains la base aérienne d'Udeid et accueille le Centcom, commandement militaire chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale. Toutefois, l'attitude du Qatar reste incertaine, Doha étant soupçonné en Occident de financer des groupes islamistes radicaux.

Les pays de la Ligue arabe se sont aussi engagés à lutter contre le terrorisme et l'EI aux niveaux «politique, sécuritaire et idéologique». Mais individuellement, peu de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le dimanche 14 sept 2014 à 18:40

    Grollande est trés fort en politique extérieur avec nos impôts. Quelques millions par ci, quelques centaines de millions par la.. Mosco est placé à 20 000€/mois. Sapin tiendra encore quelques mois. Merci aux Français qui paient leurs impôts. Pour les retraites en France ?? Le chomage ?? demandez au petit manu.