Lutte contre Daech : Paris envisage des frappes aériennes en Syrie

le , mis à jour à 22:26
0
Lutte contre Daech : Paris envisage des frappes aériennes en Syrie
Lutte contre Daech : Paris envisage des frappes aériennes en Syrie

La décision a été prise ce vendredi en conseil restreint de défense à l'Elysée : Paris envisagerait de mener des frappes aériennes contre les jihadistes du groupe Etat islamique en Syrie, selon une information du «Monde». «Il ne serait pas aberrant d’avoir de la continuité dans notre action, là où on équipe, on forme, on soutient par ailleurs des forces», a expliqué au Monde une source de haut niveau. Jusqu'ici, la France se limitait à une action aérienne en Irak, au sein de la coalition menée par les Etats-Unis.

En 2013, une intervention sur le sol syrien avait été envisagée, vite court-circuitée par Washington. Depuis, Paris affichait la position du «ni-Assad, ni Daech». Résolument opposée au dictateur syrien, l'Elysée ne souhaitait pas donner l'impression de servir les intérêts de Bachar el-Assad en bombardant ses adversaires de Daech sur son sol. François Hollande avait d'ailleurs déclaré le 25 août dernier souhaiter avant tout «neutraliser» le président syrien. Une solution politique alors défendue bec et ongles par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

QUESTION DU JOUR. Etes-vous favorable à une intervention au sol contre Daech ?

 

Frapper là où les islamistes se trouvent, que ce soit en Irak ou en Syrie

Fruit d'un processus nécessairement long, étant données ses implications logistiques, cette option de frapper en Syrie interviendrait en pleine crise des migrants, dont les drames humains ont trouvé un écho particulièrement fort cette semaine auprès des citoyens. Ce samedi, des manifestations sont ainsi organisées dans tout le pays. Cet élan de solidarité a été précipité par la diffusion jeudi d'une photo de Aylan, un enfant syrien de 3 ans retrouvé mort sur une plage turque.

Reste à connaître l'échéance des premiers raids de l'aviation française. Reste surtout à savoir quel sera le sentiment des Français quant à ces opérations. En juin, selon un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant