Lunettes connectées: loin des Google Glass, des Français au top

le
1
Lunettes connectées: loin des Google Glass, des Français au top
Lunettes connectées: loin des Google Glass, des Français au top

Loin de l'agitation médiatique autour des Google Glass, toujours pas commercialisées, deux acteurs français occupent déjà le marché des lunettes connectées et équipent les professionnels dans les domaines de la défense, l'aéronautique ou la maintenance.Les lunettes interactives développées par le géant américain ne sont disponibles pour l'instant que pour une poignée de développeurs, à l'état de prototype, à des prix tournant autour de 1.500 dollars."Il y a deux ou trois ans, Google nous a même acheté une paire de nos lunettes pour voir comment elles marchaient", s'amuse Thierry Penet, responsable ventes et marketing de Laster Technologies.Cette société de 15 personnes basée dans l'Essonne, commercialise depuis 2010 ce qu'elle appelle des "systèmes d'affichage d'informations sur la tête", soit cinq modèles de "lunette" (au singulier, car il s'agit le plus souvent d'un monoculaire) qui affichent des informations directement dans le champ de vision, transmises par un smartphone via bluetooth.Heure, météo, mails, appels, géolocalisation: ces données de base se superposent à la vision de l'environnement, et, en sus, une mini-caméra permet d'analyser et de gérer à distance (via un collègue resté au bureau par exemple) la situation sur le terrain pour des interventions de maintenance, de logistique, de chirurgie voire même militaires.Les clients de Laster Technologies sont des entreprises comme Thalès, Dassault Systèmes, EADS et Eurocopter, et la société réalise 35% de son chiffre d'affaires à l'international."L'arrivée de ces produits pour le grand public, c'est pour demain", assure à l'AFP Thierry Penet, dont la société commercialise déjà un masque de ski "informatif" qui permet d'afficher le plan de la station, la météo ou l'altitude."Je suis ravi de l'agitation autour des Google Glass, et aussi du fait qu'ils sont à peine plus nombreux que nous, soit 23 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlombert le vendredi 20 déc 2013 à 14:19

    grunff