Lundi à partir de 16H34, les femmes "travailleront pour rien", selon des féministes

le , mis à jour à 18:38
10
"Les travailleuses de France veulent l'égalité", écrivent dans un appel très relayé sur internet les contributrices à une lettre d'information féministe baptisée Les Glorieuses ( AFP/Archives / Johannes Eisele )
"Les travailleuses de France veulent l'égalité", écrivent dans un appel très relayé sur internet les contributrices à une lettre d'information féministe baptisée Les Glorieuses ( AFP/Archives / Johannes Eisele )

Souffrant d'un écart de salaire de plus de 15% par rapport aux hommes, les femmes françaises travailleront "bénévolement" à partir de lundi à 16H34 et jusqu'à la fin de l'année, ont calculé des féministes qui appellent à se mobiliser à cette date "symbolique".

Dans un texte publié sur internet et très relayé, les contributrices des Glorieuses, une lettre d'information féministe, réclament l'égalité salariale en appelant les femmes à se mobiliser le 7 novembre, date à laquelle les hommes auront gagné ce que les femmes gagneront en une année.

S'inspirant d'une initiative islandaise, qui a conduit les femmes de ce pays à descendre dans la rue le 24 octobre pour réclamer l'égalité salariale, la fondatrice des Glorieuses, Rebecca Amsellem, a dit à l'AFP avoir voulu "adapter l'idée à la France".

Cette professeure de faculté de 28 ans a établi que l'écart de rémunération de 15,1% entre les hommes et les femmes, mesuré en 2010 par l'institut européen de la statistique Eurostat correspondait "à 38,2 jours" de salaire en moins.

"Lundi à 16H34 et 7,5 secondes précisément, on peut se dire qu'on va travailler pour rien tous les jours jusqu'à la fin de l'année", poursuit-elle, appelant à une "prise de conscience collective".

"On n'appelle pas les femmes à quitter le travail, mais on veut proposer, suggérer, aux associations, aux syndicats de travailleurs, de s'approprier ce chiffre pour se mobiliser", ajoute la jeune femme.

Des initiatives et appels à la mobilisation ont déjà commencé à émerger, notamment sur Twitter avec le hashtag #7novembre16H34.

Dans un communiqué, l'association Les Effronté-e-s a appelé à un rassemblement lundi place de la République à Paris, à 16H34, pour dire qu'"à travail égal, nous méritons un salaire égal".

Les contributrices des Glorieuses, lettre d'information créée en octobre 2015, aimeraient à plus long terme que ce sujet soit "abordé dans la campagne présidentielle pour donner aux femmes les droits qu'elles méritent".

"Les travailleuses de France veulent l'égalité", écrivent-elles, précisant que "Si les femmes étaient payées autant que les hommes, elles pourraient s'arrêter de travailler le 7 novembre à 16H34".

Selon les derniers chiffres d'Eurostat, les femmes françaises gagnaient en 2014 un salaire horaire brut inférieur de 15,5% à celui des hommes. Ce chiffre est de 16,7% au niveau européen.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil il y a un mois

    dans le privé ca fait deja qq jours qu'ils travaillent pour rien ... on pourrait parler des 3 jours de carence , des congés pour enfants malades , des 7 ou 9 semaines de congés payés ... serieusement dans un pays ou les inégalités sont légions n'en citer qu'une afin de faire l'ombre aux autres ce n'est pas serieux ...

  • salar12 il y a un mois

    La France des lumières est morte, comment prendre des décisions rationnelles dans un pays où même une prof de fac ne sait pas ce qu'est une moyenne. J'en viens à me demander si le problème de l'éducation nationale, ne serait pas sa féminisation...

  • bern1616 il y a un mois

    les femmes devraient rester à la maison faire le ménage,le repassage,la cuisine,les carreaux,et s'occuper de son mari quand il rentre,il n'y aurait pas de chomage

  • salar12 il y a un mois

    Egalité salariale à compétence et temps travaillé égaux, il faut arrêter les moyennes qui ne veulent rien dire, ou plutôt qui implicitement veulent dire que le PDG homme et la femme au foyer (et oui il y en a) doivent gagner pareil. Les emplois choisis par les femmes ne sont pas les mêmes que les emplois choisis par les hommes, l'égalitarisme global est liberticide.

  • surfer1 il y a un mois

    La parité chez les ministres ou dans les conseils d'administration. Voilà le féminisme façon bobo. Ce qu'on oublie de dire, c'est que ces femmes là ont un mari pdg ou au au minimum dg. Pendant ce temps là les couples de chômeurs peuvent aller se faire voir... Il y a 40 ans un ouvrier pouvait subvenir seul aux besoins de sa famille maintenant il faut que les 2 travaillent pour juste réussir à survivre. Avec ce genre de féminisme les classes moyennes se sont faites dans les grandes largeurs !

  • frk987 il y a un mois

    Un scoop, dans une boutique assez importante ou une administration reste-t-il une femme au boulot à 16h34 ?????? L'école ferme à 16k30, donc à 16h20 : toutes dehors et ce sont les hommes qui assument.

  • ericlyon il y a un mois

    Cette vision est fausse parce que dans la plupart des entreprises, il n'y a pas d'écart de salaire à poste équivalent. Toutefois il y a bien un écart de salaire mais qui est souvent liée à la volonté d'investissement ou de prise de responsabilité. C'est là dessus qu'il faut avancer en encourageant les femmes à prendre de plus en plus de responsabilité et en les accompagnant (garde d'enfant, ,partage de la garde entre homme et femme....) pour qu'elles puissent plus s'investir.

  • dupon666 il y a un mois

    il faut qu'elles se renseignent aupres de hillary ou de lagarde pour monter au sommet

  • lorant21 il y a un mois

    d'un autre côté comme elles vivent presque 10 ans de plus (c'est un vrai scandaaale dont je m'étonne que personne ne parle) et qu'elles dépensent plus de 2 fois plus que les hommes en froufrous divers (habillement, maquillage, frais médicaux), ce n'est que justice!

  • lanmougn il y a un mois

    peut-être serait-il intéressant d'expliquer d'où vient ce "-15%", vaste fumisterie qui compare les ratios (somme des rémunérations des femmes salariées / nombre de femmes salariées) avec (somme des rémunérations des hommes salariés / nombre d'hommes salariés) alors qu'il faudrait comparer à qualif et anciennetés égales pour conclure qu'il n'y a aucune différence ou presque !