«Luka Rocco Magnotta pleurait dans le fond de l'avion»

le
0
Durant un vol Paris-Montréal, dans un magasin de cosmétique, dans le XVIIe arrondissement ou à la gare du Nord, les témoignages de personnes ayant rencontré Luka Rocco Magnotta s'amoncellent.

«II porte un tee-shirt Mickey, il a les cheveux longs, un pantalon kaki». À cet instant, deux voyageurs français du vol Air Transat du samedi 26 mai, entre Montréal et Paris, ignorent qu'ils sont assis à côté de Luka Rocco Magnotta, le «dépeceur» canadien présumé. Ils ne le sauront que plus tard, après avoir été longuement questionnés par la police et avoir vu les photos diffusées par les médias.

Interrogé ce matin sur Europe 1, les deux hommes expliquent que celui que la presse surnomme déjà «Canadian Psycho» était «assez agité pendant le vol, à un moment il se cachait clairement le visage». «J'ai touché son bras et sa cuisse tout le long et ça m'a dégoûté [...] en plus il ne sentait pas bon, peut-être qu'il ne s'était pas lavé depuis qu'il avait fait ça, c'est un peu répugnant.» Ils décrivent Luka Rocco Magnotta comme quelqu'un «d'assez grand, mince, androgyne, les cheveux mi-longs, un peu un look d'ado avec un côté assez sale dans ses che

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant