Luka Magnotta, «l'assassin de la génération Facebook»

le
0
Luka Rocco Magnotta a pensé son crime et tenté de construire son personnage pour attirer l'attention des médias. Pétri des clichés de la «culture web», il est l'un des premiers tueurs connus de la «génération Facebook».

Sans le Web, «le dépeceur de Montréal» n'existerait pas. Ce personnage de tueur narcissique et déviant est un «avatar», l'une des nombreuses identités virtuelles inventées par Eric Clinton Newman, le vrai nom de Magnotta, afin de se forger une célébrité dans l'opprobre général.

C'est même une particularité de ce criminel: ses intentions et son identité étaient bien connues avant le passage à l'acte qui lui est prêté. En juin 2012, un mois avant le meurtre dont il est suspecté, il n'hésite pas à faire figurer sur l'un de ses blogs la mention «Tueur en série nécrophile Luka Magnotta» et décrit ses penchants: «Je suis naturellement attiré par les morts, je n'ai pas honte.»

Si l'on en croit la grande quantité de photos et de vidéos de lui-même qu'il a diffusées, ce qui a motivé Luka Rocco Magnotta n'est pas tant la volonté de multiplier les crimes que celle d'être reconnu - et accessoirement célébré. Pour parvenir à ses fins, cet obsédé de la diss

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant