Luis Suárez, ni top ni flop

le
0
Luis Suárez, ni top ni flop
Luis Suárez, ni top ni flop

Dans l'œil du cyclone pour cause de manque d'efficacité, Luis Suárez est attendu pour ce quart retour de Coupe du Roi. Loin du diktat des statistiques, son intégration dans le moule catalan est pourtant une réussite qui prédit un avenir radieux à la MSN et au FCB.

28 bougies pour une doudoune. Luis Enrique n'est pas avare en compliments, mais reste un radin en cadeaux. Son homonyme Suárez en a fait les frais pour le jour de son anniversaire. Cantonné sous la guérite face à Elche, l'Uruguayen a assisté emmitouflé dans sa parka au set blanc de ses coéquipiers. Un doublé pour ses deux comparses Messi et Neymar et un pion de son concurrent Pedro plus tard, une certaine presse s'est amusée du faible rendement offensif de la recrue la plus onéreuse de l'été blaugrana – 81 millions d'euros tout de même. Malgré sa longue suspension post-Mondial, ses plates excuses et son statut de Soulier d'or lui avaient conféré une patience toute relative de la part des observateurs. Depuis ses débuts officiels, Luis Suárez facture 16 apparitions et cinq petites banderilles avec le FCB. De quoi donner du grain à moudre aux accrocs des statistiques qui ne cessent de le qualifier de "flop". A contrario, Lucho est "enchanté par son rendement, indépendamment des buts". Entre ces deux points de vue inverses se trouve inévitablement la réalité du terrain. À l'évidence, El Pistolero est tout sauf une erreur de casting.
Altruiste sous-coté ou diktat des stats ?
Blaugrana et Colchoneros se tirent la bourre. Face au bloc simeonesque, le Barça mise sur sa technique et ses enchaînements. À la récupération dans la surface adverse, Rakiti? dépose d'un intérieur succulent la chique dans les pieds de Luis Suárez. À quelques décimètres d'Oblak, l'Uruguayen traduit son trop plein d'envie par un missile au-dessus de la barre. La pointe barcelonaise se bouffe les doigts, mais le Camp Nou ne lui en tient pas rigueur. Mieux, il l'ovationne. L'an dernier, une telle occasion aurait sûrement fait ficelle pour le Soulier d'or – en compagnie de CR7 – aux 31 unités. En manque de confiance face aux cages, il ne se cache pas : "Même si j'aime donner des passes, ils m'ont acheté pour marquer des buts, non pour faire des passes. J'ai toujours vécu de mon travail, et mon travail est le but." Avec cette sortie médiatique, Suárez évoque son mal tout en confortant les sceptiques. Son rendement arithmétique en deçà de ses attentes lui fait regarder de loin les chiffres fous de ses comparses de la MSN. Pendant que Neymar affiche 19 buts, Lionel Messi en est à 31 depuis le début de saison. Luis Suárez, lui, culmine à cinq petits pions.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant