Luis Enrique prend un plaisir relatif

le
0
Luis Enrique prend un plaisir relatif
Luis Enrique prend un plaisir relatif

Avant la manche retour où le Barça partira avec un matelas très confortable face à Arsenal, Luis Enrique, le coach du club catalan, s'est livré sur le plaisir d'entraîner une équipe qui remporte quasiment tous les trophées et qui ne perd que très peu. Tout en livrant sa vision du métier qu'il n'imagine pas exercer dans la durée comme Arsène Wenger, qui s'assiéra sur le banc des visiteurs ce mercredi.

Luis Enrique, la victoire du match aller à l’Emirates (0-2) change-t-elle votre approche de cette manche retour ?
Le score du premier match va influer sur le deuxième mais il ne va pas changer notre intention, qui est de remporter cette rencontre. A Londres, nous avons réussi à contenir cette équipe d'Arsenal qui nous a agressés. Demain (mercredi), il va falloir le faire à nouveau. On avait su gérer ces situations et leurs contre-attaques. C'est une équipe très directe, qui construit peu dans son camp et recherche la profondeur. Ils ont un bon jeu aérien avec Giroud et Welbeck et ils vont nous poser des problèmes. Si nous gardons le ballon, on ne verra pas les attaquants d'Arsenal. Cela va être l'une de nos armes.

Le Barça est invaincu depuis 37 matchs toutes compétitions confondues. Prenez-vous vraiment du plaisir sur votre banc ?
Si un collègue technicien m'entend dire que je ne prends pas de plaisir avec le groupe de joueurs que j'ai, peut-être que demain on va m'agresser dans la rue ! Bien sûr que je prends du plaisir mais c'est un plaisir relatif. Ici, quand on finit le match et la conférence de presse, on rentre à la maison, on analyse et on pense déjà aux choses à améliorer. Tous les trois jours, il y a une rencontre. Cela se vit intensément. J’essaie d'en profiter au maximum et d'atteindre mes objectifs, qui sont les mêmes que ceux des joueurs.

Pourriez-vous rester vingt ans en poste au Barça comme Arsène Wenger à Arsenal ?
Ici, je crois que personne n'est jamais resté vingt ans. C'est impossible dans le football moderne et cela me semble très bien. Le niveau d'Arsène Wenger comme manager et comme entraîneur ne fait aucun doute. Seul un petit nombre d'élus peut rester autant de temps à son niveau, parce qu'ils ont cette envie. Dans mon cas personnel, ça me semble impossible. Pourquoi ? Je suis un peu radical sur cette question et, si je le pouvais, je ne signerais pas de contrat de plus de six mois. J'ai signé ici plus longtemps (jusqu'en 2017), évidemment, mais si les clubs faisaient une étude, ils verraient que ça leur coûterait moins cher de faire des contrats plus courts…

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant