Ludogorets, un conte bulgare

le
0
Ludogorets, un conte bulgare
Ludogorets, un conte bulgare

Inconnu au bataillon il y a quelques mois, le club bulgare de Ludogorets, dans le sillage de son héros Cosmin Moți, est devenu le Petit Poucet le plus sympathique du foot européen. Immersion dans le club d'une ville de 30 000 habitants qui a envie de terrasser le PSG.

" Quand 10 000 habitants d'une ville qui en compte 32 000 font cinq heures de route pour voir un match de football, je peux vous dire que vous vous en rendez compte : il n'y a personne dans les rues. La plupart des commerces et entreprises n'ont pas ouvert de la journée. Et quand je suis sorti après le match, il n'y avait pas un chat. Une ville fantôme. " Djipo n'en revient toujours pas. Fils d'un ancien député de la région, à la tête d'une entreprise de métaux et ami du président du club bulgare de Ludogorets Razgrad, Aleksandr Aleksandrov, il mesure le chemin parcouru : "Dire qu'il y a quatre ans, le club végétait en troisième division, alors qu'hier, on a joué le Real Madrid en Ligue des champions... " La scène date de 2014 mais résonne encore aujourd'hui, à l'heure où un nouveau grand nom européen, le Paris Saint-Germain, s'apprête à en découdre sur le sol bulgare.

On dit souvent que " tout va très vite en football ". Il faut croire que cette maxime a été inventée pour Ludogorets, dont la progression est on ne peut plus spectaculaire, encore plus pour une ville de cette taille, située dans le nord-est du pays à une heure de voiture des plages de la Mer Noire, et connue jusque-là uniquement pour son traditionnel " Festival du yaourt ".
Ludogorets est devenu en six ans la place forte du football Bulgare, loin devant les clubs de Sofia, la capitale. Le palmarès gonfle un peu plus chaque année : l'équipe compte cinq titres de champion de Bulgarie pour... cinq saisons seulement passées en première division. Mieux, dès sa promotion, Ludogorets a remporté le triplé (championnat, coupe et Supercoupe). Et sur la scène européenne, le club, dont le budget était de 6 millions d'euros il y a deux ans et n'as pas beaucoup bougé depuis, est de plus en plus pris au sérieux. Il faut dire que la campagne 2014/2015 a fait son oeuvre : après avoir perdu à Liverpool 2-1 sur un penalty dans les arrêts de jeu, Ludogorets avait fait trembler le Real Madrid, rien que ça, pour le premier match de Ligue des champions de son histoire à domicile (façon de parler, puisque l'équipe est contrainte de recevoir ses adversaires à Sofia en Coupe d'Europe, car son stade ne contient que 6000 places assises, ce qui est bien insuffisant aux yeux de l'UEFA). Après avoir ouvert le score, Ludogorets a concédé un penalty inexistant, puis a cédé sur un…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant