Luchin ou le street art dans la campagne du LOSC

le
0
Luchin ou le street art dans la campagne du LOSC
Luchin ou le street art dans la campagne du LOSC

Au siège du LOSC, 30 pans du Mur de Berlin ont été installés et revisités par des street artistes de tout pays. Entre Eden Hazard, David Bowie et actualité internationale, visite d'un centre d'entraînement devenu galerie à ciel ouvert.

Une barrière, un étang, des lapins, une ferme flamande donc imposante : le domaine de Luchin, siège du LOSC depuis 2007, a tout du centre paisible où staff et joueurs peuvent évoluer sereinement, à l'abri des regards inquisiteurs. Mais, au bout d'une longue allée, une pancarte étonne : " fresque de L7m et JimmyC ", annonce-t-elle, avec une petite flèche pointant vers les terrains d'entraînement. Soit les blases de deux poids lourds du street art, l'un brésilien, l'autre australien, posés au milieu d'un domaine paumé dans la campagne nordiste. Plus loin, sur un pan de mur d'un mètre sur trois, Eden Hazard accueille les visiteurs. La patte de C215 – artiste français à l'origine du portrait d'Ahmed Merabet, à l'endroit où le policier a été abattu le 7 janvier 2015 – est immédiatement reconnaissable. De l'autre côté du bloc de béton, une figure faussement simpliste signée Thierry Noir. Du côté est, plus précisément. Car ce pan vient tout droit du mur de Berlin.


De la gare de l'Est au domaine de Luchin


Thierry Noir, originaire de Lyon, est l'un des premiers à avoir peint le mur de Berlin, à partir de 1984. Avec Christophe-Emmanuel Bouchet, il peint à Mariannenplatz, Postdamerplatz ou Checkpoint Charlie. Bouchet, lui, est le premier à peindre le côté est du mur, en versant de la peinture par-dessus l'enceinte. Aujourd'hui, il déambule dans la tente dressée pour le vernissage de l'exposition, barbe fournie et étoile rouge sur ventre bedonnant. " Tu marches sur du Noir ! " l'interpelle Michel Seydoux, montrant le tapis aux motifs colorés. Le maître des lieux est visiblement heureux de son coup : l'homme de cinéma et de football a fait d'un centre sportif le lieu d'une exposition inédite, mêlant art urbain, histoire et politique. Tout un programme.



L'idée naît de la rencontre entre Seydoux et Sylvestre Verger,…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant