Lucas Papademos s'attelle au vaste chantier grec

le
0
Le nouveau premier ministre aura fort à faire avec un pays qui pense que l'Europe fait fausse route.

De nos envoyés spéciaux à Athènes

Après trois semaines de psychodrame politique, la Grèce s'est enfin dotée jeudi d'un nouveau premier ministre. Le technocrate indépendant Lucas Papademos, qui fut de 2004 à 2009 le bras droit de Jean-Claude Trichet à la Banque centrale européenne (BCE), prêtera serment vendredi à 14 heures, devant le chef de l'État et l'archevêque d'Athènes et primat de Grèce. Ici, l'Église orthodoxe et l'État ne sont pas séparés.

Papademos, 64 ans, dirigera un gouvernement de coalition bénéficiant du soutien de trois partis politiques: le Pasok (socialiste), la Nouvelle Démocratie (centre droit) et le Laos (Alerte populaire orthodoxe). Jeudi, au Parlement, les députés réformistes du Pasok et de la ND se réjouissaient ensemble que leur rébellion de mercredi contre la nomination projetée du terne apparatchik socialiste ­Pet­sal­nikos ait porté ses fruits. Pour Evangelos Antonaros, député ND, «la confusion avait gagné tout le p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant