LSE et Deutsche Börse réaffirment leur projet de fusion

le
1
LSE ET DEUTSCHE BÖRSE CONFIRMENT LEUR PROJET DE FUSION
LSE ET DEUTSCHE BÖRSE CONFIRMENT LEUR PROJET DE FUSION

FRANCFORT (Reuters) - London Stock Exchange Group et Deutsche Börse ont réaffirmé leur volonté de mener à bien leur fusion de 30 milliards de dollars (27 milliards d'euros) après le vote des Britanniques pour la sortie de leur pays de l'Union européenne.

Les deux entreprises de marché ont dit que le résultat du vote ne changeait pas la logique stratégique de leur rapprochement et qu'elles continueraient à solliciter les feux verts réglementaires nécessaires.

"Les capacités du groupe fusionné, y compris sa dimension internationale, son réseau de distribution en Europe, en Asie et en Amérique, la solidité de sa marque, ses ressources financières et ses liens étroits avec ses clients, demeurent des atouts pour servir une clientèle globale, indépendamment des résultats du référendum", ont-elles déclaré dans un communiqué.

Leur conseil d'administration ont appelé leurs actionnaires respectifs à approuver l'opération.

"Nous sommes convaincus que l'importance du rapprochement projeté entre Deutsche Börse et LSE s'est encore accrue pour nos clients et qu'elle est porteuse de bénéfices pour eux comme pour nos actionnaires et les autres parties prenantes,", a dit Joachim Faber, le président du conseil de surveillance de Deutsche Börse, dans un communiqué.

Les actionnaires de LSE doivent se prononcer sur le projet de fusion lors d'une assemblée générale le 4 juillet tandis que ceux de Deutsche Börse auront jusqu'au 12 juillet pour donner leur avis.

Vers 08h20 GMT, l'action Deutsche Börse cède 7,42% à la Bourse de Francfort dont l'indice de référence DAX 30 recule de 5,89%. A la Bourse de Londres, l'action LSE abandonne 5,81%.

(Jonathan Gould et Noor Zainab Hussain, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tomclair il y a 6 mois

    L'Europe doit s'opposer à ce rapprochement.