LR : Wauquiez, candidat unique malgré lui ?

le
0
LR : Wauquiez, candidat unique malgré lui ?
LR : Wauquiez, candidat unique malgré lui ?

« Aujourd'hui, il y a un risque très réel que Laurent Wauquiez soit le seul candidat à la présidence des Républicains. Et franchement, ça serait terrible pour l'image de notre parti », confie Maël de Calan, lui-même prétendant au poste. A moins de deux semaines de la date limite des dépôts de parrainages, l'inquiétude grandit parmi la majorité des six postulants. « Je tire la sonnette d'alarme. Si les choses continuent ainsi, il n'y aura que Wauquiez candidat », s'est ému Daniel Fasquelle, un autre des aspirants, mardi en réunion de groupe LR à l'Assemblée.

 

LIRE AUSSI

> Qui sont les candidats à la présidence des Républicains ?

 

La raison ? La collecte des parrainages, soit 2 347 signatures d'adhérents à jour de cotisation -- correspondant à 1 % du corps électoral de LR -- et au moins treize paraphes de parlementaires, que chacun doit remettre à la Haute Autorité d'ici au 11 octobre. Une formalité pour le président de la région Auvergne - Rhône-Alpes, favori de ce scrutin prévu les 10 et 17 décembre via Internet, mais un vrai casse-tête pour les autres.

 

Des militants traumatisés

 

« J'enregistre une moyenne de 60 parrainages par jour. A ce rythme, c'est insuffisant pour espérer atteindre l'objectif », admet le député Julien Aubert, qui aurait à ce stade recueilli un peu plus de 600 soutiens d'adhérents. « J'ai un peu moins de 1 000 parrainages et j'en rentre en moyenne 130 par jour... alors qu'il faudrait que j'en sois plutôt à 150 pour être rassuré », ajoute de son côté le juppéiste Calan. « Je galère, mais j'espère vraiment que ça va passer », explique pour sa part la filloniste Florence Portelli, qui dit tout de même « avoir largement dépassé le cap du millier ».

 

Tous sont confrontés au même obstacle : un délai de collecte jugé trop court, un mois, et surtout le peu d'appétence des militants. « Ils sont encore traumatisés par la double défaite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant