Low cost : les nouveaux secteurs de la consommation concernés

le
1

Dans l'alimentaire, le hard discount s'est imposé depuis longtemps. Dans le domaine du transport aérien, cela fait maintenant quelques années que des lignes se proposent de déposer des passagers à des prix cassés. Aujourd'hui, le low cost continue son chemin, et s'attaque à de nouveaux secteurs.

la consommation low cost
la consommation low cost

Les transports en commun : de la voiture au TGV

Récemment, le domaine des transports en commun s'est distingué.
Les trains ont largement été cités dans les médias, car la SNCF subit une concurrence inédite. Son grand rival, le bus, a vu sa législation être assouplie. Des enseignes se sont très rapidement créées, et proposent de transporter des passagers à des tarifs très attractifs. La firme Eurolines est un exemple.

La SNCF a dû réagir, ses TGV n'étant plus assez compétitifs. Mais son développement est plus lent : en 2010, elle annonçait une ligne low cost reliant Paris à Toulouse. En 2015, deux nouvelles sections doivent être créées, à direction de Nantes et de Strasbourg.

Parallèlement au bus, la voiture prend également les choses en main, en faisant la promotion du covoiturage. Un nom qui s'est amplement répandu est celui de BlaBlaCar. C'est un service de mise en relation : une personne disposant d'un véhicule le met à la disposition d'autres personnes allant au même endroit. En échange, celles-ci acceptent de partager les frais de transport.

La téléphonie : Free en fer de lance

Un autre domaine où le low cost s'est récemment illustré est celui de la téléphonie. Il y a encore quelques années, un abonnement téléphonique coûtait quelques dizaines d'euros. Aujourd'hui, il est possible de trouver des offres à 2 euros par mois.

L'enseigne qui a démocratisé le low cost dans ce secteur est Free, et son président, Xavier Niel. Pour cela, l'entreprise a simplifié son modèle économique. D'un côté, les engagements ne sont plus aussi lourds. En fait, il n'y en a tout simplement plus : la personne a le choix d'acheter un mobile séparément du forfait. Il n'y a plus non plus d'engagement dans la durée.
Et surtout, Free s'est séparé d'une grande partie de son personnel, qui représentait d'importants coûts de fonctionnement. Ainsi, lorsqu'un utilisateur a un problème, il se rend sur Internet, où il est dépanné par… un autre utilisateur, qui a eu le même défaut et y a trouvé une solution.

Quels secteurs dans l'avenir ?

À terme, le low cost pourrait concerner la plupart, voire tous les secteurs de la consommation.
Le secteur par excellence reste celui des transports. Après l'avion, le bus et le train, une généralisation est possible au bateau, par exemple.

Logiquement, le low cost devrait se transmettre dans les secteurs connexes de ceux qu'il occupe actuellement, en particulier pour le tourisme. Le développement de chaînes d'hôtels ou de croisières low cost est à envisager dans les années à venir

Trucs et astuces

Le low cost a ses contreparties. Dans les transports, par exemple, il y a des conditions à lire avec précaution. Pour l'avion, par exemple, vos bagages ne devront pas excéder des dimensions précises. Veillez-y en préparant vos valises.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le jeudi 29 oct 2015 à 10:28

    Il y a des gens payés pour écrire cela ? nous atteignons des sommets là!