Loup : une femelle trouvée morte et un mâle abattu dans les Alpes

le
0
Loup : une femelle trouvée morte et un mâle abattu dans les Alpes
Loup : une femelle trouvée morte et un mâle abattu dans les Alpes

Deux loups sont morts en quelques jours, l'un dans les Hautes-Alpes, l'autre en Savoie, ce dernier ayant été abattu lors d'un «tir de défense».

Le cadavre d'un loup a ainsi été découvert au bord d'une route dans le parc naturel régional du Queyras (Hautes-Alpes), probablement victime d'une collision avec un véhicule, a annoncé vendredi la préfecture.

Trouvé lundi sur la commune d'Abriès, le canidé est une jeune louve, d'une vingtaine de kilos, née dans le courant de l'année 2013. L'autopsie réalisée cette semaine révèle «un choc de plein fouet, de nombreux traumatismes et fractures» et conclut «à une mort par collision avec un véhicule». Des examens complémentaires, notamment toxicologiques, sont en cours au laboratoire départemental vétérinaire.

En décembre 2013, un loup de 23 kilos avait été trouvé mort dans la commune voisine d'Arvieux, toujours dans le Queyras. Les premières constations avaient également conclu à la mort par collision. Mais la préfecture a annoncé mardi que l'animal avait été empoisonné. La substance trouvée dans l'estomac de la bête est un produit somnifère et toxique, du chloralose, anciennement utilisé comme appât dans la lutte contre les taupes ou les rongeurs et interdit en France depuis 1997.

Tir de défense

Conformément au Plan national Loup, le canidé a été décompté du plafond de 24 loups pouvant être abattus pour la période 2013-2014. A ce jour, dix loups ont été décomptés, dont trois par acte de braconnage dans les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes et la Marne. CAP Loup, un collectif d'associations pour la protection du loup, avait annoncé son intention de déposer plainte contre X.

Jeudi, en Savoie cette fois, la préfecture annonçait dans un communiqué, qu'un loup mâle adulte avait été abattu dans la nuit du 14 au 15 mai dans le cadre d'un tir de défense. «Ce tir a été effectué sur la commune de Saint-André en Haute-Maurienne, conformément à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant