Louisville : des soutiens à Hillary Clinton aux obsèques de Mohamed Ali

le
0
Louisville : des soutiens à Hillary Clinton aux obsèques de Mohamed Ali
Louisville : des soutiens à Hillary Clinton aux obsèques de Mohamed Ali

Alors que des milliers de fans de Mohamed Ali, le boxeur de légende décédé à 74 ans, lui ont rendu un dernier hommage dans sa ville natale de Louisville, la campagne présidentielle américaine s'est invitée lors d'une ultime cérémonie d'adieu rassemblant des célébrités et des représentants de toutes les religions. Dans la pluie d'éloges et d'anecdotes sur le champion, plusieurs orateurs ont apporté leur soutien plus ou moins marqué à la candidate démocrate Hillary Clinton. 

  

«Il nous a appris que la vie c'est mieux quand on construit des ponts entre les gens, plutôt que des murs», a déclaré l'humoriste Billy Crystal et ami du boxeur, faisant allusion à la promesse de Donald Trump, le candidat  républicain, d'édifier une muraille sur la frontière mexicaine. 

 

Le discours du Rabin Michael Lerner, rédacteur en chef du magasine juif Tikkyun, restera probablement comme l'un des plus politiques. Ovationné par la foule lorsqu'il a affirmé que la prochaine présidente des Etats-Unis serait «elle», le rabin a lancé un avertissement aux politiques qui «mettent à bas les musulmans». Et d'ajouter: «Nous sommes solidaires aujourd'hui avec la communauté islamique dans ce pays et partout dans le monde.» «Si Mohamed Ali était ici aujourd'hui, je suis persuadé que son message serait : "Ne perdez pas votre temps sur cette planète en combattant les petites batailles. Mettez votre argent et votre énergie pour des transformations fondamentales".» 

 

Le discours du Rabin Michael Lerner

 

Barack Obama étant retenu à Washington par la remise de diplôme de fin de lycée de sa fille aînée, une de ses conseillères, Valerie Jarrett, a lu une lettre du président et de sa femme. «Mohamed Ali était l'Amérique. Mohamed Ali sera toujours l'Amérique», a-t-elle déclaré.

 

Même tonalité pour l'ancien président Bill Clinton qui a salué, dans son éloge funèbre, «un homme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant