Louis Vuitton, en rebond grâce à la clientèle chinoise

le
0
LA CHINE ET LA GRANDE-BRETAGNE DOPENT LES RÉSULTATS DE VUITTON
LA CHINE ET LA GRANDE-BRETAGNE DOPENT LES RÉSULTATS DE VUITTON

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Louis Vuitton a vu sa croissance organique atteindre plus de 7% au troisième trimestre, portée par un rebond de la clientèle chinoise et de solides hausses en Europe qui ont permis de compenser le recul de ses ventes en France et au Japon.

Le malletier, principal centre de profit de LVMH, a connu une croissance "proche de celle de la division mode-maroquinerie, hors effet négatif des suppressions de lignes chez Donna Karan", a déclaré mardi Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

Hors impact Donna Karan - que le groupe s'apprête à céder à G-III Apparel - la croissance de la division a été légèrement supérieure à 7%, a-t-il précisé.

LVMH a pris le marché par surprise en publiant lundi soir des chiffres nettement supérieurs aux attentes au titre du troisième trimestre, qui ont rassuré sur les perspectives du secteur du luxe et fait grimper le titre en Bourse.

Les dépenses de la clientèle chinoise, qui pèse pour environ un tiers des ventes de Vuitton, ont rebondi et signé une hausse à deux chiffres après avoir stagné sur les six premiers mois de l'année, a indiqué Jean-Jacques Guiony.

Il a toutefois dit ignorer si cette évolution pouvait être durable et témoigner d'une tendance de fond.

"Il est très difficile de déduire des tendances à partir des chiffres d'un seul trimestre", a-t-il dit.

La marque a également fait mieux en Europe, avec une hausse là-aussi supérieure à 10% grâce à un fort rebond en Italie et en Grande-Bretagne, où les touristes se sont rués cet été pour cause de baisse de la livre sterling.

A l'inverse, ses ventes restent en baisse en France, où les attentats ont fait fuir les touristes, ainsi qu'au Japon, délaissé par les Chinois pour cause de hausse du yen.

"Le mois de septembre a été le premier mois positif de l'année en France", a toutefois précisé Jean-Jacques Guiony, sans vouloir extrapoler ce résultat.

Les hausses de prix - Vuitton a relevé ses tarifs à deux reprises cet été en Grande-Bretagne pour compenser la baisse de la livre - ont "très marginalement" contribué à la croissance de la griffe.

Quant aux parfums Vuitton, lancés début septembre, ils n'ont pas en eux mêmes contribué la croissance mais ont joué leur rôle en termes d'image et de génération de trafic, a précisé le directeur financier.

Il a également estimé que la rentabilité opérationnelle de Rimowa, le spécialiste allemand du bagage que le groupe vient d'acquérir, pourrait atteindre 20% à terme, un chiffre encore "très éloigné du niveau actuel de rentabilité", plus proche de 10% aujourd'hui.

Les analystes, qui anticipaient un possible rachat d'actions du groupe LVMH pouvant atteindre 500 millions à 1,0 milliard d'euros, jugent maintenant peu probable une telle opération, après cette acquisition.

(Pascale Denis, édité par Benjamin Mallet)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant