Louis Viannet, ex-numéro 1 de la CGT, exhorte Thierry Lepaon à démissionner

le
2
Louis Viannet, ex-numéro 1 de la CGT, exhorte Thierry Lepaon à démissionner
Louis Viannet, ex-numéro 1 de la CGT, exhorte Thierry Lepaon à démissionner

Voilà un avis qui pourrait bien peser dans la balance... A la veille de la réunion de la commission exécutive de la CGT qui doit se pencher sur le sort de son secrétaire général Thierry Lepaon, Louis Viannet, qui était à la tête du syndicat de'92 à'99, est sorti de son silence pour exhorter l'actuel secrétaire général du syndicat à « remettre son mandat », dans une interview au Monde.fr. L'actuel secrétaire général de la CGT est sur la sellette depuis les révélations sur l'onéreuse rénovation de son appartement de fonction et de son bureau et sur ses indemnités perçues de la CGT Basse-Normandie.

M. Lepaon «se grandirait» en «annonçant publiquement et avant même la réunion du comité confédéral national» (CCN, prévu le 13 janvier), «sa décision de remettre son mandat», a estimé l'ancien leader syndical, aujourd'hui âgé de 81 ans, qui évoque «la crédibilité perdue du secrétaire général à l'intérieur comme à l'extérieur» de la CGT.

Pour Louis Viannet, il en va de l'avenir même du 1er syndicat de France : «La crise qui secoue actuellement la CGT dans ses profondeurs est sans précédent. Les traces qu'elle va laisser peuvent générer des situations difficilement maîtrisables, des meurtrissures durables, mettant à mal les difficiles progrès réalisés dans le vivre-ensemble et rendant difficiles les rapports entre les militants, entre différentes organisations ou structures de la CGT, affaiblissant ainsi ses capacités d'actions». L'ex-secrétaire général du syndicat dénonce l'entêtement du successeur de Bernard Thibault. «En clamant sa volonté de rester coûte que coûte dans sa responsabilité, Thierry Lepaon tend à confondre détermination et entêtement. Ce faisant, il rajoute encore de la tension dans le débat qui en a déjà suffisamment, alors que sa fonction lui commande le contraire».

L'octogénaire estime enfin que l'unité du syndicat passe inéluctablement par une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 5 jan 2015 à 13:44

    contre juste indemnité payée par l'ETAT

  • M4314275 le lundi 5 jan 2015 à 13:16

    Un camarade qui a des gouts de luxe, ça fait désordre.