Louis van Gaal et le temps qui court

le
0
Louis van Gaal et le temps qui court
Louis van Gaal et le temps qui court

Après une première saison passée à remettre Man United à l'endroit, Louis van Gaal entame cette seconde avec, cette fois, des ambitions bien plus affirmées. Parce qu'à soixante-quatre ans, le temps joue contre le manager néerlandais, qui n'ira pas au-delà de la fin de son contrat avec les Red Devils en juin 2017. Dépourvu de tout trophée depuis cinq ans, Louis van Gaal est un homme en mission.

Les quêtes existentielles ont ce défaut permanent d'être conditionnées au temps. Qu'importent le rang, le statut ou l'envergure de chaque homme, nul ne peut se soustraire devant ce qu'on appelle la fin. Celle de Louis van Gaal sur un banc de touche est proche. Arrive à grands pas. Inéluctablement. À soixante-quatre ans, l'iconique Néerlandais a connu plusieurs vies au cours desquelles se sont entremêlé réussites et déconvenues. Son dernier chapitre en tant qu'entraîneur, il est actuellement en train de l'écrire à Manchester United. Une ultime danse, donc, peut-être la plus exaltante de sa carrière.

Car entraîner Manchester United revient avant tout à embrasser toute une histoire. À quelques mois de prendre sa première retraite en 1969, le grand Sir Matt Busby avait confié pourquoi être à la tête des Red Devils s'apparentait davantage à une mission plutôt qu'un travail ordinaire : "United n'est pas un club, c'est une institution. J'ai l'impression que les attentes dépassent les moyens d'un simple être humain." C'est pourquoi, avant de définitivement raccrocher, Van Gaal n'envisage qu'une seule issue possible : quitter le microcosme du ballon rond par la très grande porte. Comprenez, sur le toit de l'Angleterre ou de l'Europe.

"Je l'ai promis à ma femme"


Le philosophe et métaphysicien Saint Augustin a écrit, un jour, que "si l'instant c'est l'attention, le temps n'est que l'attente". Or Louis van Gaal, lui, n'est plus en mesure d'attendre. À plus de soixante ans, le "Pélican" a annoncé, en juillet dernier, qu'il mettra un terme à sa carrière de coach au terme de l'exercice 2016/2017 (soit à la fin de son contrat avec United). Parce qu'il l'a promis à sa femme, après avoir déjà si longuement retardé son crépuscule. "Je l'ai promis à ma femme. Nous n'avons plus beaucoup d'années à passer ensemble, avait révélé le technicien batave au micro de la BBC. Je dois avouer que je lui ai dit, lorsqu'on s'est rencontrés et quand tout allait bien entre nous, que j'arrêterais à cinquante-cinq. Or je travaille toujours et bientôt, j'en aurai soixante-quatre. Il faut profiter de la vie et de sa femme." Emporté par sa passion et sa volonté de découvrir une fois la Premier League, le Néerlandais n'a pu se retenir de prolonger le plaisir. Tel un Alex Ferguson qui n'a cessé de souffler inlassablement à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant