Louis Picamoles : " On n'a rien à envier aux Anglais "

le
0
Louis Picamoles : " On n'a rien à envier aux Anglais "
Louis Picamoles : " On n'a rien à envier aux Anglais "
De retour dans le groupe France, le troisième ligne toulousain Louis Picamoles (29 ans, 44 sélections), peu épargné par les blessures cette saison, ne sait pas s'il jouera contre l'Angleterre, mais appelle à ne pas avoir peur du XV de la Rose.

Louis Picamoles, est-ce une satisfaction d'être de retour dans le groupe France ?
Je suis très heureux. Ca fait un petit moment que je n'étais pas revenu à Marcoussis, donc ça fait forcément plaisir de retrouver cette osmose et ce groupe.

Comment allez-vous physiquement ?
J'ai cumulé les petits pépins physiques, dont un gros en début de saison. Aujourd'hui, tout va bien. Je me sens à 100%, il n'y a aucun souci.

Arrivez-vous dans la peau d'un simple soldat ou d'un titulaire en puissance ?
Je reviens car Wen (Wenceslas Lauret, ndlr) est blessé pour ce rassemblement. Je prends un grand plaisir à regoûter au groupe France, être là, faire partie de la vie de groupe, retrouver un peu les repères aux entraînements. Je me concentre là-dessus, sans me projeter sur la suite. On verra quand le groupe sera annoncé, mais quelle que soit la décision du staff, c'est un plaisir d'être là. C'est toujours mieux d'y être, j'aurai mis un pied dedans

« Ne pas attendre leurs erreurs pour tenter des choses »

Que pensez-vous de l'équipe d'Angleterre ?
On sait que l'Angleterre est favorite pour remporter le Tournoi, c'est elle la mieux placée en cas de victoire sur nous samedi. Forcément on s'attend à un combat énorme et à un match très compliqué. On n'a rien à leur envier, que ce soit individuellement ou collectivement. Il faut surtout croire en nous, et se dire que si on arrive à répondre en équipe à ce qui nous attend samedi, tout est possible.

Où sont les failles dans ce XV de la Rose ?
La réponse qu'on peut trouver, elle sera collective. C'est répétitif, on le dit à chaque match, mais si on est fort sur les bases et la conquête directe, on va pouvoir mettre en place notre jeu. On sait qu'ils aiment mettre du volume de jeu, qu'ils ont de la densité physique, qu'ils aiment avancer, donc si on continue à être performant défensivement comme on l'est depuis le début, et qu'on arrive à avoir des ballons et lancer notre jeu, on peut réellement les mettre en difficulté. Il ne va pas falloir avoir peur de conserver le ballon, jouer, mettre énormément d'intensité et de vitesse dans notre jeu pour les mettre en difficulté, et ne pas attendre leurs erreurs pour tenter des choses.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant