Louis Gallois sera le futur président du conseil de PSA

le
3
LOUIS GALLOIS, FUTUR PRÉSIDENT DU CONSEIL DE PSA
LOUIS GALLOIS, FUTUR PRÉSIDENT DU CONSEIL DE PSA

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a choisi mardi Louis Gallois pour succéder à Thierry Peugeot comme futur président du constructeur automobile qui aura prochainement l'Etat français et le chinois Dongfeng à son tour de table.

"L'Etat se félicite du choix du comité et du conseil de surveillance qui recueille le soutien des trois futurs actionnaires du groupe dont l'Etat", ont indiqué à Reuters les services du Premier ministre. "La personnalité et l'expérience de Louis Gallois vont constituer un atout pour PSA qui aura besoin dans les prochaines années d'une gouvernance exemplaire."

Selon une source interne au conseil, le candidat défendu par l'Etat français a été désigné à l'unanimité à la tête du conseil de surveillance. Il formera un tandem inédit dans l'histoire du groupe avec le nouveau président du directoire, Carlos Tavares.

L'ancien numéro deux de Renault prendra officiellement ses fonctions à la fin du mois et les deux hommes auront pour tâche de piloter le redressement d'une entreprise qui cherche sa place dans un monde automobile plus concurrentiel que jamais.

Un porte-parole de PSA a refusé de faire un commentaire.

La nomination de l'ancien PDG d'EADS (aujourd'hui rebaptisé Airbus Group) sera soumise au vote des actionnaires et devrait être formalisée lors d'une première réunion du nouveau conseil de surveillance programmée le 29 avril, ont ajouté les deux sources.

Selon l'une d'elles, l'assemblée générale, prévue jusqu'ici le 30 avril, pourrait être avancée au 25 avril.

"Le conseil a choisi Louis Gallois à l'unanimité, et les différentes branches de la famille se sont entendues", a indiqué la source.

Au départ, tous ne jugeaient pourtant pas Louis Gallois suffisamment neutre pour devenir le nouveau président "indépendant" du groupe, puisqu'il siège déjà au conseil de surveillance de PSA en tant que "membre indépendant référent (...) en lien étroit avec l'Etat", depuis que l'activité bancaire du groupe a été sauvée fin 2012 grâce à une garantie publique de sept milliards d'euros.

Plusieurs membres de la famille soutenaient jusqu'ici Gérard Hauser, ancien PDG du câblier Nexans, qu'ils connaissent bien depuis ses années comme administrateur de Faurecia, dont PSA détient plus de la moitié du capital.

VEILLER A L'ÉQUILIBRE DU LION À 3 TÊTES

Mais Dongfeng et la famille se sont rangés au candidat défendu par l'Etat français et à 70 ans, Louis Gallois ouvre ici un nouveau chapitre d'une carrière déjà bien remplie.

Cet énarque a fait ses premières armes à la direction du Trésor, avant d'être directeur de cabinet à l'Industrie et à la Défense dans les années 1980, patron de la SNCF et, depuis juin 2012, commissaire général à l'investissement.

L'homme du "choc de compétitivité" s'est également employé à pacifier les relations franco-allemandes au sein d'EADS, une qualité qu'il pourra mettre à profit pour préserver le futur équilibre entre l'Etat, Dongfeng et la famille Peugeot, et éviter toute paralysie de ce nouveau 'lion à trois têtes'.

Le futur conseil consacrera aussi le principe d'un équilibre entre les trois principaux actionnaires qui se retrouveront à parité après l'augmentation de capital de trois milliards d'euros que prépare le groupe pour redresser sa situation financière.

La nouvelle gouvernance de l'après-Dongfeng prévoit un conseil légèrement resserré, puisqu'il compte aujourd'hui 15 membres, dont quatre de la famille Peugeot.

Dans la nouvelle configuration, Dongfeng, l'Etat français et la famille fondatrice détiendront chacun 14% du capital et seront représentés chacun également par deux administrateurs. Le conseil comptera également six administrateurs indépendants, contre neuf actuellement, et toujours deux administrateurs salariés.

Cette fois toutefois, l'un des deux représentants des salariés sera élu par le Comité de groupe européen, probablement à partir du mois de juin, a précisé la source interne au conseil.

La famille Peugeot sera quant à elle encore représentée par trois cousins - Thierry et Robert comme administrateurs, et Jean-Philippe à la fonction de censeur.

Le renforcement du partenariat industriel avec Dongfeng a fait l'objet fin février d'un protocole d'accord qui devrait être finalisé la semaine prochaine, sans doute le 26 mars, lors de la visite d'Etat du président chinois Xi Jinping en France, a-t-on appris mardi de source diplomatique française. "Nous sommes assez optimistes", a indiqué l'une des sources.

(Avec Julien Ponthus et Elizabeth Pineau, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mercredi 19 mar 2014 à 08:12

    Et un énarque (de 70 ans!!!!!) de plus à placer... Peugeot est mort....par le copinage des politicars.

  • M5135837 le mardi 18 mar 2014 à 21:18

    Place aux jeunes et à l'économie numérique!!!!

  • pastisad le mardi 18 mar 2014 à 20:01

    on prend les memes et on recommance quelle hypocrisie