Louis Gallois : «L'addition des politiques d'austérité conduit dans le mur»

le
34
Louis Gallois : «L'addition des politiques d'austérité conduit dans le mur»
Louis Gallois : «L'addition des politiques d'austérité conduit dans le mur»
Trop d'austérité tue la croissance. C'est un des messages que Louis Gallois, commissaire général à l'investissement, a tenté de faire passer ce dimanche lors du Grand rendez-vous Europe 1 - I>Télé - «le Parisien-Aujourd'hui en France».

Celui qui avait remis à François Hollande un rapport sur la compétitivité à l'automne 2012 a posé comme postulat de départ que «le principal problème du pays est le chômage». Il le décrit comme quelque chose qui «taraude la société française. Il amène des gens vers le bas et inquiète, car personne n'est à l'abri de ce mal». Il en profite pour rappeler que «la France est le pays le plus pessimiste du monde. C'est pourquoi la croissance est un objectif majeur».

ll souligne la difficulté de la tâche dans un environnement dégradé. «Notre environnement est en dépression alors que le reste du monde croît. C'est une situation qui touche tous les pays d'Europe, y compris l'Allemagne avec une croissance très faible, de 0,5%.»

«Desserrer le calendrier de retour aux équilibres» des finances publiques

L'ancien dirigeant de la SNCF et de EADS préconise alors trois moyens pour relancer la croissance en Europe : «desserrer le calendrier de retour aux équilibres (NDLR : des finances publiques), une politique plus accommodante de la BCE (NDLR : Banque centrale européenne) en mettant plus de liquidités dans l'économie, savoir ce que l'Europe peut faire pour relancer sa croissance. Je pense qu'on a besoin des trois. Mais je crains qu'il faille attendre que les élections allemandes soient réglées (NDLR : à l'automne)».

Pour appuyer son argumentaire sur un allègement du calendrier en matière de réduction des déficits, Louis Gallois prend notamment en exemple les Pays-Bas, qui viennent de décider de renoncer à une partie de leur plan d'austérité alors que les faillites sont nombreuses dans le pays ces derniers mois et que le chômage atteint des niveaux records....

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frede331 le lundi 22 avr 2013 à 11:24

    la solution pour retrouver de la croissance : supprimer les 35heures, supprimer le smic, degrossir l'etat (ne pas remplacer 2 fonctionnaires sur 3), TVA sociale a 25% , baisse de l'impot sur les sociétés, dereguler tout a tas de secteurs, ... Et tout reviendra très vite C'est pourtant simple

  • frede331 le lundi 22 avr 2013 à 11:22

    c'est pas l'euro le pb, c'est les 35 heures, le smic, la retraite a 62 ans, un etat obese, des collectivités locales totalement irresponsables, ....Bref, le mal n'est pas en Europe , ni en Allemagne, il est en France . Arretons de voir la paille dans l'oeil du voisin

  • frede331 le lundi 22 avr 2013 à 10:58

    j'hallucine. Payer ses dettes en temps et en heure, c'est juste de la bonne gestion pas de l'austerité.

  • M3435004 le lundi 22 avr 2013 à 10:36

    Monsieur Gallois ! Que pensez vous de la façon dont les socialos ont pris en compte vos recommandations ? Les socialos se foutent de votre g....et vous en redemandez !

  • EcoDeBas le lundi 22 avr 2013 à 09:57

    Voici un exemple concret se basant sur la mesure visant la réduction des allocations familliales : www.pourquoiilyaduchomage.com

  • M9035148 le lundi 22 avr 2013 à 08:51

    Mr GALLOIS devrait développer son argumentaire qui ne me semble plus de la formule politicienne

  • mlaure13 le lundi 22 avr 2013 à 01:56

    La sociale-démocratie est, fondamentalement, philosophiquement et légalement un système basé sur la corruption. Tant qu’ils pourront distribuer de gigantesques faveurs sociales ou économiques sur la base de promesses électorales, sans la moindre conséquence pour eux et leurs familles, le système demeurera corruptif par essence. Les extrêmes traduisent cela par "tous pourris", Anticor utilise l'incantation "tous vertueux", et nous libéraux constatons : "tous normaux".

  • M8725649 le lundi 22 avr 2013 à 00:56

    Il a raison alors augmentons les salaires de 50 %.

  • s.thual le lundi 22 avr 2013 à 00:19

    ceriz a raison y en a marre des parlementaires elus de toutes sortes gaves sur le dos du contribuables, et faut les voir l apres midi dans l hemicycle,,payes a quoi , faire acte de presence ( et encore pas tjrs) bailler dormir crier faire de la tablette ou de i phone klire son courrier ou le journal des sports,,,on divise par 2 a tous les niveaux ,,,ca ne se verrait meme pas!

  • AMOUR123 le lundi 22 avr 2013 à 00:17

    Mr Gallois haut fonctionnaire, polytechnicien et énarque socialiste est bien un membre des élites qui nous ont conduits dans le mur. Son rôle ici est clair: casser le thermomètre en tuant dans l’œuf toute velléité de réduction des déficits, diminution des dépenses publiques et augmentation de la productivité. Son discours: gagnons du temps, ne faisons rien