Louer un smartphone pour une semaine est désormais possible

le
0

VIDÉO - Alors qu'il fallait jusqu'à présent s'engager sur deux ans pour louer un smartphone, le spécialiste des mobiles d'occasion Recommerce lance un service de location dès une semaine.

Utiliser l'appareil photo de l'iPhone 6 en vacances, essayer le Galaxy S5 avant de passer à l'achat, faire une démonstration sur tablette lors d'un salon professionnel ou se dépanner à peu de frais avec un Nokia 3310 ... Recommerce Solutions, spécialiste de la revente de smartphones d'occasion, compte bien séduire de nombreuses nouvelles cibles. L'entreprise a lancé mercredi un service de location de courte durée de mobiles et tablettes, Fleexi, qui sera bientôt étendu aux . «En 2014, 25 millions de téléphones ont été achetés en France, dont 12% qui ont subi une panne dès la 1ère année. Cela représente 10.000 clients par jour pour Fleexi», souligne Antoine Jeanjean, co-fondateur de Recommerce Solutions et directeur du projet, qui martèle que «l'occasion ne fait plus peur».

Ce sont les mêmes smartphones reconditionnés déjà vendus par Recommerce que Fleexi proposera à la location. Pas de risque de cannibalisation entre les deux services, selon leur fondateur, car les clients visés sont différents. D'autant qu'«il y aura toujours des gens qui voudront acheter leur téléphone».

Miser sur la courte durée

Des services de location de téléphone existaient déjà, notamment chez Free ou la Fnac, mais pour deux ans minimum. Fleexi le propose dès une semaine, et souhaite d'ailleurs se concentrer sur les durées courtes. C'est que les tarifs sont dégressifs: plus la durée est courte, plus ils sont élevés. Louer un iPhone 6 pour une semaine coûte 54 euros, mais sur un an, cela revient à 34 euros le mois. Quant aux modalités de paiement, pour une location inférieure à deux mois l'utilisateur paye tout en une fois. A partir de deux mois, c'est un forfait mensuel. Comme dans toute location, il y a aussi une caution, qui dépend du prix du produit à la vente. Mais «ce n'est pas un frein à la location, car il n'y a pas de versement, seulement une autorisation de paiement avec notre partenaire Slimpay», précise Antoine Jeanjean.

Pour le moment, Fleexi propose à ses utilisateurs un seul point de retrait, dans le 10ème arrondissement de Paris, mais il recherche d'autres partenaires, comme cela a été fait pour Recommerce. «L'objectif à terme est de proposer aux opérateurs, distributeurs et constructeurs de devenir partenaires et faire de Fleexi une marque blanche. L'idée est de commencer avec des indépendants pour prouver l'appétence du marché en proposant une offre innovante qui devrait convaincre rapidement d'autres professionnels du secteur». Le ton est donné.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant