Louer son cadeau de Noël raté, la nouvelle tendance

le
0
De nombreux Français, déçus par les cadeaux sous le sapin, préfèrent les mettre en location plutôt que de les revendre. Selon les responsables de la plateforme e-loue.com, le phénomène ne fait que s'amplifier.

Que faire lorsque l'on reçoit un cadeau décevant à Noël et que l'on a honte de le mettre en vente? De nombreux Français ont trouvé la réponse à cette énigme: le mettre en location sur Internet. Le site de location e-loue.com, qui propose ce service, a enregistré l'an dernier un pic d'activité la semaine qui a suivi Noël. Le nombre d'objets ajoutés sur le site était passé de 1694 avant le reveillon à 2151 après, soit un bond de 27%. «Cette année on attend pour la semaine d'après Noël entre 4 et 5000 nouveaux objets, répartis sur toute la France», annonce Alexandre Woog, le cofondateur de la plateforme.

«Lorsqu'un cadeau ne plaît pas, les gens ont du mal à s'en séparer. Il y a un côté sentimental, une barrière difficile à franchir. La location est la solution transitoire qui évite aux objets de dormir au placard, qui rapporte de l'argent au propriétaire et qui lui permet ensuite de récupérer l'objet si besoin», explique Alexandre Woog. À Noël, les cadeaux qui se retrouvent rapidement en location sont des produits high tech, culturels, les vêtements, les sacs, ou encore les mallettes de bricolages. «Cela est différent du reste de l'année où les produits varient selon les saisons: barbecue en été, combinaison de ski en hiver», souligne le fondateur du site.

La crise, déclencheur de tendance

Ce phénomène de location, qui ne s'est installé en France que vers 2009, semble donc profiter des fêtes pour s'inscrire définitivement dans les m½urs des Français, déjà habitués au commerce en ligne. La pratique est facilitée par une hausse du taux d'équipements des foyers. De plus, la crise s'est renforcée, poussant systématiquement à la recherche du système D. Quitte à abandonner un peu plus l'esprit de Noël? «Non, il faut voir l'aspect positif de la location qui consiste à faire partager le cadeau!», affirme Alexandre Woog.

Selon ce dernier, l'engouement pour la location souligne surtout une prise de conscience de la part des consommateurs qui se rendent compte que «l'on peut avoir besoin d'un objet sans être forcé de le posséder», ce qui limite la surconsommation. Les habitués semblent aussi apprécier l'aspect social et rassurant de ce type de transaction où locataires et propriétaires se rencontrent deux fois pour échanger les objets. E-loue.com y trouve aussi son compte puisque le site prélève une commission de 15% sur le montant de la location. La société, qui affiche une croissance mensuelle moyenne du volume d'affaires du site de 32%, vise des revenus proches de 5 millions d'euros dans les deux ans à venir. Un service de location, baptisé e-loue.pro, a même été développé spécialement pour les collectivités et les entreprises. «Nous n'en sommes qu'au début. Le phénomène est en plein boom», assure le responsable d'e-loue.com.

LIRE AUSSI:

» Louer des jouets sur Internet au lieu de les acheter

» Proposez votre voiture personnelle à la location

» Les Français prévoient de dépenser plus pour Noël

» Noël: un défi logistique pour le commerce en ligne

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant