Lotus : Confiance affichée pour la reprise par Renault

le
0
Lotus : Confiance affichée pour la reprise par Renault
Lotus : Confiance affichée pour la reprise par Renault

Alors que la reprise de l'écurie Lotus par Renault ne devrait pas être officialisée avant la fin de la saison, le directeur de l'écurie britannique Matthew Carter n'a pas caché qu'il était confiant à ce sujet, même si un plan B n'est pas exclu.

Les difficultés financières de l’écurie Lotus pourraient être prochainement de l’histoire ancienne. Ce qui a plombé les performances de l’écurie d’Enstone devrait disparaître avec la reprise en mains par Renault dès 2016. A ce sujet, dans une interview accordée au site officiel de la F1, le directeur général de l’écurie Lotus s’est montré optimiste. « Renault a délivré une lettre d’intention ; en coulisses les dirigeants de Renault et Lotus travaillent d’arrache-pied pour s’assurer que l’accord sera trouvé. Les choses progressent, mais cela prend du temps, confirme Matthew Carter. Je suis confiant pour que l’accord se produise, mais comme je l’ai dit, il faut du temps pour y parvenir. Nous savons que dans les affaires tout peut arriver et tant qu’il n’y a pas de signatures sur les documents, l’accord n’est pas conclu, mais la confiance est très élevée ! »

Enstone, principal intérêt pour Renault

Si la reprise par Renault se confirme, la marque française sera de nouveau propriétaire de l’intégralité de l’écurie, dont l’usine d’Enstone, un des fleurons de la F1, et une prise sans doute inestimable pour la marque française. « Ils détiendront alors le contrôle des intérêts, c’est également indiqué dans la lettre d’intention. Ils mèneront l’équipe comme une équipe d’usine, comme Ferrari et Mercedes le font actuellement. » Mais le flou règne sur la manière dont la future écurie Renault va fonctionner entre le département châssis à Enstone et le département moteur à Viry-Chatillon, Matthew Carter lui-même ignore comment tout cela va se passer une fois le rachat confirmé. « Je ne sais pas quelle sera la structure. Tant que l’accord n’est pas conclu je ne pense pas que ces détails soient finalisés, confirme le DG de Lotus. S’ils achètent l’équipe, ils viendront sans aucun doute à Enstone car c’est une part de ce qu’ils achètent : l’infrastructure et la partie opérationnelle d’Enstone, la force humaine que nous avons là-bas, et l’équipe de course. C’est ce qu’ils achètent. Concernant le management, honnêtement je ne sais pas. »

Un plan B avec Mercedes, au cas-où

Si les tractations entre Renault et Genii Capital pour le rachat de l’écurie Lotus sont bien avancés, rien n’a encore été finalisé, ce qui incite le management de l’écurie à prévoir le pire. Matthew Carter l’a confirmé, si la reprise par Renault ne devait pas aller à son terme, Lotus continuerait avec Mercedes comme motoriste, au prix de certaines modifications sur le châssis 2016 pour que le bloc allemand remplace le bloc français. Mais ce plan serait improbable selon le patron de l’écurie Lotus, qui reprendrait le nom de Renault après le rachat, puisque la licence d’utilisation du nom Lotus serait résiliée... ce qui pourrait permettre à une autre écurie de le reprendre. Mais si un nom devait revenir en F1, autre que celui de Renault, ce serait plus celui d’Aston Martin...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant