Lotocratie : et si nos gouvernants étaient tirés au sort...

le
0
En vigueur à Athènes, dès 508 avant notre ère, le tirage au sort a présidé au choix des Doges de la République de Venise durant deux siècles. Il est remis au goût du jour par le Mouvement des clérocrates.
En vigueur à Athènes, dès 508 avant notre ère, le tirage au sort a présidé au choix des Doges de la République de Venise durant deux siècles. Il est remis au goût du jour par le Mouvement des clérocrates.

Choisir ses chefs par tirage au sort... Cette pratique a longtemps eu cours dans la Grèce antique. La méthode qui confie au hasard la désignation d'un dirigeant fait aujourd'hui un retour en force. « Son utilisation connaît une recrudescence qui peut être jugée surprenante », note ainsi Gil Delannoi, chercheur au Centre d'études de la vie politique française (CEVIPOF, rattaché à la Fondation nationale des Sciences Politiques et au CNRS). En 2011, les Islandais ont ainsi désigné les membres de leur assemblée constituante. Et c'est par tirage au sort que le collectif Demorun a composé sa liste pour les dernières régionales

sur l'île de la Réunion. Cette liste a réuni 1,47 % des voix lors de ces élections qui se sont tenues en décembre dernier. « Plusieurs élus d'Europe Écologie-Les Verts sont venus me voir récemment pour discuter des bienfaits du tirage au sort, mais je n'ai pas donné suite, car je ne roule pour aucun parti », énonce François Amanrich, 66 ans, fondateur en 1999 du Mouvement des clérocrates de France. Une association qui milite pour l'expérimentation de ce mode d'investiture politique et qui tire son nom du terme (??????????? ou Klêrôt?rion) qui désignait l'urne servant, dans l'Antiquité, à cette variante du loto.

Bingo !

Pour Gil Delannoi, auteur d'une note sur « le tirage au sort en politique » en 2010 pour la Fondation pour l'innovation politique...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant