Loto : «Chérie, y a un problème, on a gagné 16 millions d'euros !»

le , mis à jour à 09:58
0
Loto : «Chérie, y a un problème, on a gagné 16 millions d'euros !»
Loto : «Chérie, y a un problème, on a gagné 16 millions d'euros !»

Au lendemain de chaque tirage du Loto, juste après le petit déjeuner, Jacques et Monique*, un couple de la Vienne, ont le même rituel depuis des lustres. Monsieur se rend à l'étage pour regarder les résultats sur l'ordinateur familial. Il lance alors systématiquement à sa femme : « Je monte voir si je suis millionnaire. » D'habitude, une fois le verdict des boules connu, il enchaîne un brin dépité par : « Chérie, on n'a rien gagné » ou « Chérie, on a gagné quelques euros ». Mais le 3 novembre, il a radicalement changé de discours et de ton : « Chérie, monte, y a un problème ! » A l'écran apparaît effectivement une somme hallucinante. Les veinards ont, ainsi, décroché le jackpot du 2 novembre d'un montant astronomique de 16 M€.

 

« La première réaction de madame a été de s'asseoir », dévoile-t-on à la Française des jeux (FDJ), qui a remis cette semaine le gros chèque au duo le plus jalousé de Poitou-Charentes. Ces nouveaux riches, issus des classes moyennes, avaient validé leur grille sur Internet. Alors que le couple misait depuis plusieurs années, trois fois par semaine, sur les mêmes combinaisons, madame avait suggéré à son mari de faire, pour une fois, une infidélité aux numéros qui ne rapportaient jamais gros. Mais au moment du paiement en ligne, l'époux a refusé d'opter pour d'autres chiffres, choisissant donc le 1, le 7, le 14, le 26, le 49 et le 10 en numéro chance. Bien lui en a pris. « Heureusement que je n'ai pas changé », a-t-il soufflé à l'heure de récupérer son magot au siège de la FDJ à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

 

Gâter leurs proches et profiter de la retraite

 

Les deux multimillionnaires, qui souhaitent conserver l'anonymat, veulent acheter « une belle voiture » et investir dans « un pied-à-terre en bord de mer dans le Sud-Ouest ». Ils ont l'ambition de gâter leurs proches et de « procurer de l'émotion » autour d'eux. « On n'aurait pas assez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant