LOST, les disparus de la Ligue 1

le
0
LOST, les disparus de la Ligue 1
LOST, les disparus de la Ligue 1

Longtemps, ces clubs ont ambiancé le championnat de France. Ils ont même, pour certains, constitué l'élite du foot français sur la scène européenne. Aujourd'hui, ils évoluent au mieux dans d'obscures divisions. Quand ils ne sont pas devenus de simples souvenirs.

  • Red Star, disparu depuis 1975 Depuis son dernier match dans l'élite il y a près de 40 ans, l'Étoile rouge reste ancrée dans le paysage, comme l'incarnation du football d'un autre temps. Le stade Bauer de Saint-Ouen a vu passer quelques joueurs mythiques, depuis Eugène Maës avant la Grande guerre jusqu'à l'époque des Combin, Di Nallo et autres Magnusson. Il a bien démarré l'actuelle saison en championnat National. De quoi se prendre à rêver d'un retour au premier plan?

  • RC Paris, disparu depuis 1990 Au total, le club, champion en 1936 et aujourd'hui en DH, a connu 30 saisons en élite, sous différentes appellations. Ses derniers moments de gloire? Sous l'ère Jean-Luc Lagardère dans les années 80, époque RP1 et Matra Racing. De grands noms ont essayé de contrer l'irrémédiable ascension de PSG: Madjer, Francescoli, Littbarski, Fernandez, Guérin Au final, beaucoup d'argent dépensé pour rien et un retour à l'amateurisme qui perdure depuis plus de 20 ans. Paris aura-t-il un jour un deuxième grand club?

  • Toulon, disparu depuis 1993 Le Sporting Toulon Var, tout un poème Une cinquième place en 1987/1988, et pas grand-chose d'autre. Mais c'était l'époque des Pardo, Borrelli, Paganelli, Alfano et du jeune Ginola. Une bande de furieux entraînée par le plus grand des fous: Rolland Courbis. L'expérience dure jusqu'en 1993 et une relégation dont «la Rascasse» ne s'est jamais vraiment remis. Dommage pour les fameux Irréductibles, groupe d'ultras fondé cette même année. Mauvais timing.

  • Gueugnon, disparu depuis 1996 L'expérience Gueugnon en D1 a été éphémère, avec une seule saison, 1995/1996. Elle reste pourtant marquante, avec quelques joueurs restés dans les mémoires, tels Ali Boumnijel et Nicolas Esceth N'Zi. Les Forgerons incarnent alors un football de campagne, sur un modèle sensiblement similaire à celui de Guingamp. Vainqueur surprise du PSG en finale de Coupe de la Ligue en 2000 (avec Trivino, Distin, Trapasson, Amara Traoré, Cédric Chabbert), le FCG a tenté un retour à la lumière grâce à la famille Vairelles, mais l'expérience s'est très mal terminée. Aujourd'hui, le stade Jean Laville sert de terre d'accueil à des matchs professionnels disputés sur terrain neutre. Triste.......

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

  • Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant