Los Angeles a diminué ses émissions de COV de 98 %

le
0
Les gaz à effet de serre ont reculé de façon spectaculaire dans la métropole californienne en l?espace d?un demi-siècle
Les gaz à effet de serre ont reculé de façon spectaculaire dans la métropole californienne en l?espace d?un demi-siècle
Une étude encense les efforts entrepris par la métropole californienne pour lutter contre la pollution



Si il était déjà de notoriété publique que la Californie (États-Unis) et plus particulièrement Los Angeles sont à la pointe en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique en général, les études scientifiques validant ces efforts force chiffres à l'appui n'étaient jusqu'ici pas légion. Le « mal » est réparé avec un rapport publié par la National Oceaonographic an Atmospheric Administration (NOAA), qui souligne que, depuis les années 1960, la quantité de composés organiques volatils (COV) présents dans l'atmosphère de la cité des anges a diminué de? 98 %.

Principalement produits par les gaz d'échappement des voitures, les COV sont parmi les plus gros contributeurs des problèmes de pollution atmosphérique. Avec les oxydes d'azote Ils sont en effet « précurseurs » de l'ozone troposphérique (le « mauvais ozone ») et peuvent sérieusement altéré les capacités respiratoires.


Des efforts pour la protection de l'environnement

Paradoxalement, la période comprise entre 2002 et 2010 est celle où la ville a eu le plus de voitures en circulation dans son histoire, mais également celle où la concentration de COV a le plus diminué (50 %). Une dissymétrie étonnante qui s'explique par la mise en ?uvre de réglementations sur la pollution atmosphérique et de
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant