Lorraine : trois notaires mis en examen dans une affaire de lotissement fantôme

le
5
Lorraine : trois notaires mis en examen dans une affaire de lotissement fantôme
Lorraine : trois notaires mis en examen dans une affaire de lotissement fantôme

Les «Villas d'Ambre et Terrasses de Jade» sonnaient comme une jolie promesse de vie idyllique aux chanceux de Cutry (Meurthe-et-Moselle) qui pourraient s'offrir une belle maison neuve dans un lotissement  de qualité. L'affaire a tourné au désastre. Trois notaires ont été mis en examen à Nancy pour escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux dans cette affaire de lotissement fantôme. Ils sont placés sous contrôle judiciaire. 

Cela porte à huit le nombre de personnes mises en examen dans ce dossier mené par une juge d'instruction de Nancy, après le promoteur en juin, sa femme, deux beaux-frères et un clerc de notaire. L'ancien promoteur est incarcéré depuis août. 

Au total 52 personnes, pour la majorité des petits épargnants désireux d'investir dans l'immobilier pour leur retraite, ont perdu chacun 340 000 euros en moyenne dans cette affaire depuis 2007, notamment via les frais de construction et les intérêts sur emprunts. Car les trente maisons individuelles et trente-quatre appartements dont ils s'étaient porté acquéreurs n'ont jamais été terminés. Le promoteur a fait faillite. Le chantier, truffé de malfaçons, n'a été repris par personne. Et, en mars dernier, la commune a fini par raser le lotissement qui menaçait ruines, demandant pour cela aux propriétaires floués de payer en plus de leur infortune la facture de la démolition, soit 150 000 euros. 

Durant leur garde à vue, selon le Républicain lorrain, les notaires auraient reconnu des erreurs ou des maladresses. «Ces gens là sont assez surprenants, ils étaient pourtant garants de la sécurité des actes», s'est indigné auprès de l'AFP François Guerrand, président d'une association de défense de 46 victimes du lotissement.

Les enquêteurs vont à présent étudier les flux financiers et le patrimoine des notaires afin de vérifier si leurs «maladresses» dans le traitement des actes du projet immobilier ne dissimuleraient pas un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 14 oct 2014 à 00:08

    Apparemment, ces « pigeons » n’avaient pas souscrit d’assurances nécessaires de bonne fin de travaux…personne n’a fait son travail dans cette malheureuse affaire, et pourtant, sur les médias, on ns rabat assez souvent ce genre de malhonnêteté…les gens sont incorrigibles de naïveté…

  • M9213325 le lundi 13 oct 2014 à 12:00

    Quelle idée d'aller acheter de tels biens.Il faut toujours acheter ce qui commence à SORTIR de terre, et qui avance et qui a des ouvriers en permanence sur le chantier.C'est d'une évidence.

  • berco51 le lundi 13 oct 2014 à 10:43

    C'est cette profession qui prétend qu"elle est garante des intérêts de ses clients et c'est pour cela qu"elle est tellement bien rémunérée ( c'est une profession libérale qui fait partie des plus riches) .

  • cesarski le dimanche 12 oct 2014 à 18:02

    des truands ou pires comme au moyen age

  • lsleleu le samedi 11 oct 2014 à 12:53

    D'où l'intérêt de ne jamais acheter sur plan, nous devons tous être des st Thomas.