Lorient-PSG : Un penalty oublié qui ne passe pas

le
0

Alex Hayes, le vice-président exécutif de Lorient, a du mal à tourner la page après la défaite de mardi soir contre Paris. Le penalty non sifflé sur Raphaël Guerreiro reste dans les esprits du côté du FCL.

Après Loïc Féry, c’est au tour de son vice-président exécutif de faire part de ses regrets suite à la défaite de mardi soir contre le Paris Saint-Germain (1-0). Alors que les Merlus ont été sortis en demi-finale de la Coupe de France, Alex Hayes garde en travers de la gorge le penalty non sifflé sur Raphaël Guerreiro, qui aurait pu permettre aux coéquipiers de Benjamin Lecomte de prendre les devants en première période. « C’est un mélange de fierté et de déception, explique le dirigeant lorientais sur le site officiel du FCL (…) On retient forcément ce penalty sur Guerreiro, non sifflé à la 32eme minute. Il arrive à un moment tellement crucial du match que la déception est presque devenue de la frustration. On est mécontent aujourd’hui car on ne saura jamais quel aurait été le résultat du match si on nous avait sifflé ce penalty. J’aurais aimé que l’on soit éliminé de façon « clean » pour n’avoir aucun regret. »

« Si la faute avait été commise sur un joueur parisien… »

Pour Alex Hayes, la faute est évidente et il n’est pas normal qu’une telle erreur se produise à un tel niveau. Et comme son président, il pense que la décision n’aurait pas être la même si la faute avait été en faveur des champions de France. « Forcément, il y a six arbitres de haut niveau pour les demi-finales de Coupe de France et on a du mal à comprendre comment personne ne peut voir cette faute. Le ballon ne bouge pas, ça veut dire que si le joueur est à terre et que le ballon n’a pas bougé, il a forcément été fauché par le défenseur. La déception est d’autant plus grande que l’on est malheureusement persuadé que si la faute avait été commise sur un joueur parisien, elle aurait été sifflée. Il y a tout un historique qui nous montre que lors de confrontations contre des grosses équipes, ces dernières ont toujours les décisions arbitrales en leur faveur. Je ne dis absolument pas que les arbitres sont des tricheurs mais ils ont une telle pression qu’ils prennent des décisions malgré eux. A la fin de la rencontre, ils ont reconnu qu’il y avait sans doute penalty et qu’ils étaient désolés. Malheureusement pour nous, il n’y a aucun recours. » Et il est désormais temps d’aller de l’avant et de se concentrer sur l’affiche de samedi prochain à Lorient (35eme journée de Ligue 1).  
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant