Longchamp, le maroquinier qui galope toujours plus vite

le
0
Longchamp, le maroquinier qui galope toujours plus vite
Longchamp, le maroquinier qui galope toujours plus vite

Avant de devenir une des plus belles histoire de sacs de Paris, Longchamp a été une histoire de pipes. Une histoire familiale qui débute dans les année 1950, au siècle dernier, chez « Au Sultan ». C'est l'une des rares civettes parisiennes et elle appartient à Jean Cassegrain qui, aidé de sa femme Renée, fut le génial inventeur de la pipe gainée de cuir. C'est en passant régulièrement devant l'hippodrome de Longchamp près de Paris, que le jeune entrepreneur joue le jeu de la carte équestre en 1948 et décide de baptiser sa société Longchamp. Il fait dessiner dans la foulée, son logo, le désormais ultra célèbre cheval de course au galop.

Cap sur la diversification

Les ventes de pipes ont beau s'enflammer, chez les Cassegrain, on aime innover. « Dans cet univers 100 % dédié à l'homme fumeur, mon grand-père a osé la diversification en introduisant progressivement des articles de petite maroquinerie dans ses collections », explique son petit-fils Jean, aujourd'hui à la tête du groupe,présidé par son père Philippe. Là encore le succès est au rendez-vous, mais la famille veut aller plus loin. Au début des années 1970, sous l'impulsion de Philippe, le fils aîné de Jean, Longchamp se lance dans le monde du bagage et des sacs. Quelques années plus tard, en 1978, la veine fumeur de Longchamp s'éteint de sa belle mort. La femme s'impose comme l'avenir du maroquinier.

Longchamp restera un groupe familial

Très vite, la famille Cassegrain comprend que, pour se développer, il lui faut maîtriser sa capacité de production. Elle ose alors la décentralisation et s'en va faire fabriquer une partie de ses sacs près d'Angers, à Segré, où le groupe détient aujourd'hui sa plus grosse usine. Difficile aussi de dissocier Longchamp de l'univers des voyages en général et de celui de l'aviation en particulier. La marque est en effet une des toutes premières à faire le pari de l'explosion du trafic aérien en ouvrant en 1961, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant