Londres va accorder de nouvelles compétences à l'Ecosse

le
0

(Actualisé, publication du projet de loi, Sturgeon) LONDRES, 22 janvier (Reuters) - Le gouvernement britannique a dévoilé jeudi un projet de loi accordant de nouvelles compétences à l'Ecosse, comme il l'avait promis aux électeurs écossais lors de la campagne sur l'indépendance l'an dernier. Les Ecossais ont été plus de 55% à rejeter cette indépendance lors d'un référendum le 19 septembre. La nouvelle loi, qui entrera en vigueur après les élections législatives du 7 mai prochain, permettra à l'Ecosse de fixer son taux d'imposition sur le revenu, de bénéficier de compétences dans les dépenses sociales et de déterminer les modalités électorales et institutionnelles du Parlement écossais ainsi que d'autres structures publiques. Le texte a été officiellement présenté jeudi devant le Parlement britannique et le Premier ministre David Cameron se rendra en Ecosse pour en détailler les dispositions. Les principaux partis politiques ont déjà annoncé qu'ils adopteraient ce projet de loi quels que soient les résultats des prochaines législatives. "Les dirigeants des principaux partis politiques et moi-même avons promis de nouveaux pouvoirs étendus pour le Parlement écossais avec un processus clair et un calendrier", a expliqué le chef du gouvernement britannique dans un communiqué. "Nous avions dit que le projet de loi serait dévoilé avant le 25 janvier (fête annuelle à la mémoire du poète écossais Robert Burns) et c'est le cas, trois jours avant le début des célébrations", a-t-il ajouté. Le projet est soutenu par le Parti national écossais (SNP), qui juge toutefois que le texte présenté ne va pas assez loin. Nicola Sturgeon, la dirigeante du SNP, a demandé qu'on "repense" sans attendre ce projet de loi afin d'en supprimer ce qui constitue à ses yeux le maintien du "veto" de Londres sur certains aspects de la vie politique écossaise. Le texte actuel "laisse d'importants leviers, pour ce qui est de la lutte contre le chômage, entre les mains des ministres du Royaume-Uni", a-t-elle dit. La poussée des indépendantistes lors du référendum avait inquiété la totalité de la classe politique britannique qui redoutait de voir l'Ecosse sortir du Royaume-Uni. Le projet de loi a été conçu comme une tentative pour neutraliser la menace électorale que constitue le SNP. Les travaillistes, qui bénéficient en Ecosse d'un important réservoir d'élus, espèrent reconquérir un électorat qui s'est tourné vers les indépendantistes. Les nationalistes écossais ont indiqué qu'ils proposeraient l'organisation d'un autre vote sur l'indépendance si les électeurs britanniques décident de sortir de l'Union européenne lors d'un référendum que David Cameron a promis d'organiser sur cette question en 2017, s'il est reconduit dans ses fonctions en mai. (Andrew Osborn et Andy Bruce; Pierre Sérisier et Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux