Londres : un ex-courtier condamné à 14 ans de prison pour avoir manipulé le Libor

le
4
Londres : un ex-courtier condamné à 14 ans de prison pour avoir manipulé le Libor
Londres : un ex-courtier condamné à 14 ans de prison pour avoir manipulé le Libor

Un ex-courtier d'UBS et de Citigroup a été condamné lundi à 14 ans de prison pour avoir manipulé le taux de référence interbancaire Libor. Une première dans ce retentissant scandale qui a coûté des milliards au secteur bancaire et entaché sa réputation. D'après l'Office britannique de lutte contre la délinquance financière (SFO), Tom Hayes a orchestré de septembre 2006 à septembre 2010 un système de collusion avec des traders des banques suisse UBS et américaine Citigroup, mais aussi avec ceux d'autres établissements, afin d'influer à leur avantage sur le niveau du Libor.

Ce Britannique de 35 ans a été reconnu coupable lundi par le jury du tribunal de Southwark, sur la rive sud de la Tamise à Londres, à l'issue d'un procès de deux mois et d'une semaine de délibérations. «Ce procès a souligné l'absence d'intégrité qui devrait caractériser l'univers de la banque», a statué le juge Jeremy Cooke, qui a reproché à Tom Hayes d'avoir «joué un rôle moteur dans la manipulation du Libor». La détermination de ce taux constitue normalement un processus technique censé refléter la réalité des conditions de prêts entre les banques, mais l'accusation a mis en exergue le fait que la manipulation à laquelle il s'était livré avait permis d'élever les bénéfices de ses employeurs, afin d'obtenir de meilleures rémunérations pour son propre compte.

Tom Hayes avait plaidé non-coupable

L'ex-courtier avait dans un premier temps accepté de témoigner en détail auprès de la SFO, en 2013, et reconnu son implication, se décrivant comme un «délinquant en série». Mais Tom Hayes avait ensuite changé d'avis et plaidé non-coupable avant son procès, soulignant que ces pratiques étaient communes dans l'industrie bancaire. En présentant sa défense ces derniers jours, il s'est effondré en larmes devant le tribunal, a rapporté l'agence de presse Bloomberg News. «J'étais obligé de dire que j'avais mal agi. Il fallait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cambio17 le mardi 4 aout 2015 à 09:01

    Golmann sachs vient de provisionner 5.9 milliards de dollars... Bien mal acquis ne profite jamais...

  • noterb1 le mardi 4 aout 2015 à 08:56

    On voit bien l'échelle de valeur de nos pays américanisés . Un tricheur sur le fric ( s'il y est pour quelque chose ) prend 14 ans de prison mais un Blair qui a menti pour déclencher une guerre qui a fait des centaines de milliers de morts et déstabilise le monde n'encourt aucune poursuite .

  • heimdal le mardi 4 aout 2015 à 06:53

    Comment peut-on sérieusement croire qu'une manipulation de cette ampleur repose sur un seul homme ?La justice est pitoyable .

  • riffraff le lundi 3 aout 2015 à 23:57

    A quand une enquête sur les manipulation des cours de l'or ?