Londres soupçonné d'avoir autorisé des actes de torture 

le
0
L'enquête annoncée par David Cameron devrait débuter, mais son manque de «crédibilité et de transparence» est dénoncé.

Un document classé top secret, dont une copie a été obtenue par le Guardian, révèle que le gouvernement britannique a autorisé des agents du MI 6 et du MI 5 à obtenir des informations de prisonniers torturés illégalement à l'étranger pendant presque une décennie. Des pratiques qui ont été abolies en juillet dernier par le gouvernement de coalition dirigé par David Cameron. Dans ce «guide» des techniques d'interrogatoire, les hauts responsables des services de renseignements britanniques sont priés de bien peser l'importance des informations recherchées au regard de la douleur subie par le détenu.

De toute évidence, les ministres alors en poste et les responsables des services de renseignements craignaient que l'existence même de ce document ne vienne renforcer le risque d'attaques terroristes contre le public. Dans une section du texte publiée par le quotidien britannique, on peut lire : «Dans l'éventualité où des informations ont été obtenues grâce aux

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant