Londres : Sadiq Khan premier maire musulman d'une capitale occidentale

le , mis à jour à 00:53
0

Sadiq Khan, le candidat travailliste à la mairie de Londres, fils d'un chauffeur d'autobus pakistanais, était sur le point vendredi de remporter la mairie de Londres et de devenir le premier édile musulman d'une grande capitale occidentale. Le Parti travailliste (Labour) a d'ores et déjà revendiqué sa victoire. Incarnation du cosmopolitisme de la puissante capitale britannique, il était opposé dans la course à la mairie de Londres au conservateur et fils de milliardaire Zac Goldsmith, 41 ans.

Sadiq Khan, 45 ans, député de Tooting, un quartier populaire du sud de Londres a grandi en cité HLM. Il fut secrétaire d'État aux Communautés entre 2008 et 2009 puis aux Transports entre 2009 et 2010 dans le gouvernement du Premier ministre Gordon Brown. Il fut le premier musulman ministre du Royaume-Uni. Une religion que le camp adverse a tenté sans relâche d'instrumentaliser pour compenser son retard au cours d'une âpre campagne.

Zac Goldsmith, député du quartier résidentiel de Richmond, a notamment accusé l'ancien avocat des droits de l'homme d'avoir fréquenté des extrémistes islamistes. Des attaques relayées par le Premier ministre conservateur David Cameron. Dans une ville dont 30% de la population est non blanche et qui tient à sa réputation de tolérance, cette stratégie pourrait avoir l'effet inverse de celui recherché, estiment les analystes.

Une équité qui passe par notamment par la baisse des loyers

A Tooting, l'annonce de sa victoire suscitait des réactions enthousiastes de la part d'habitants fiers de voir un enfant du quartier présider à la destinée de la ville. «Nous sommes contents et fiers», a déclaré Malik Ahmed, 32 ans, employé au restaurant Lahore Karahi, une des adresses favorites du nouvel élu : «C'est un homme tellement bon, il a aidé un nombre incroyable de personnes.» Pour Leeanne Collaco, une employée en ressources humaines de 28 ans, «Sadiq Khan s'est battu, sa famille s'est battue (...) Il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant